Zeidaran Chapitre XVIII 1ère Partie : La Citadelle des Ombres

Salut à tous !

Après mûre réflexion je me suis dit que ce chapitre 18, étant découper en parties, se prête très bien à la sortie épisodique. De plus il est évident aujourd’hui que je ne l’aurais pas terminé avant de partir en Bretagne (tous le mois d’août) et j’ai très envie de sortir quelque chose avant cette date.

Voici donc la première partie du dix-huitième chapitre de Zeidaran ! Bonne lecture !

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Précédemment dans Zeidaran.

Après sa victoire sur l’élémentaire aquatique, Maya entra dans une période plutôt creuse où elle n’avait pas grand-chose à faire.

Lloyd préparait quelque chose et n’était donc pas souvent présent.

Un jour Dante l’invita dans son sanctuaire pour lui avouer qu’elle n’avait pas perdu la vie une fois, mais deux lors de son périple en solitaire. Cela avait eu des conséquences dramatique sur son corps qui avait grand mal à se régénéré. Occasionnant ainsi des douleurs intenables à la magicienne. Douleurs qu’elle s’efforçait de dissimuler.

De peur que ces douleurs ne la force à révélé son secret à son aimé, la démone permis à Maya d’apprendre des rudiments de Magie curative afin qu’elle puisse l’aider à apaiser ses souffrances, chose qu’elle en pouvait pas faire seule.

Ce fut l’occasion pour les deux, d’entamer une discutions. Dante révéla à Maya une partie importante de l’histoire commune d’elle et de Lloyd. Maya apprit ainsi qu’avant de devenir un héro, son maître était un vil personnage, un assassin qui louait ses services au plus offrant. Elle apprit également de quelle façon le couple redouté passa du bon côté, devenant les aventuriers qu’elle connaissait bien.

Mais ce récit fut également source de révélation pour Dante elle-même qui retrouva par hasard un pant de sa mémoire qui semblait avoir été effacé : Les Sept Arches de Zeidaran !

Il semblerait en effet que ce soit l’une de ces créatures légendaire qu’elle avait dût combattre sur Vearth. Mais cela semble pourtant invraisemblable…

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Chapitre XVIII : L’impératrice du crépuscule.

Partie 0 : La situation dégénère !

Lloyd resta immobile quelques instant, son regard fixa successivement un grand nombre de direction, comme si un très grand nombre de souvenirs lui revenaient peu à peu. Après un long silence il reprit enfin ses esprits et se retourna vers Dante.

-Tu avais toi aussi oublié ?

-Oui… Soupira-t-elle

-Tu crois que le conseil des Sept peut-être pour quelque chose la dedans ?

-Qu’est-ce-que j’en sais… Peut-être que c’est tous simplement notre esprit qui commence à vaciller…

-Non ! Ca je n’y crois pas une seconde !

Il fit une pause en regardant à nouveau le livre. Puis il le referma.

-Bref, j’ai besoin de réfléchir à tout cela. Nous en reparlerons ce soir. Pour le moment nous avons autre chose de prévus ! Maya, viens avec moi !

-Tu as raison, ça va me changer les idées, je suis lasse de ressasser des souvenirs.

-Parfait !

Maya semblait être la seule à ne pas savoir ce que lui avait préparé son maître. Et le sourire que s’échangèrent les deux mages n’étaient pas très rassurant. Mais toujours aussi curieuse elle les suivit en dehors de la bibliothèque puis en dehors du manoir. Mais au moment de franchir la grande porte Maya crus halluciner, le décor avait changé. L’herbe, la forêt, l’océan, tout sauf les montagnes avais disparut. Le ciel azur était à présent rouge sang et la terre était noire. Ce ne sont pas les seules choses qui changèrent. En effet Dante disparut et les marches menant à l’entrée du manoir se transformèrent en une simple petite colline de roche sur laquelle se trouvait à présent Maya et son maître. La jeune fille se retourna brusquement mais la bâtisse avait disparut.

Elle lança un regard interrogateur à Lloyd, mais celui-ci n’eu pas le temps d’ouvrir la bouche que Dante apparut devant eux. Elle flottait légèrement dans les airs et avait changée d’apparence puisqu’elle avait sa forme adulte, elle paraissait aussi être un fantôme presque transparente. Sa tenue était également différente, elle portait des vêtements moulants noir très sexy ainsi qu’une longue cape noir qui flottait autour d’elle.

-Vous ! Pénétrer dans mon royaume ne sera pas sans conséquences ! Fit-elle avec une voix qui semblait venir d’un autre monde.

Lloyd se dressa devant Maya.

-Dante ! Que t’arrive-t-il ?! Cria-t-il.

-Je commencerais par toi pauvre imprudent !!

Un vortex apparut près de Lloyd et il commença à être aspiré. Il tenta de se dépêtrer de cette situation mais sans succès. Il se retourna vers Maya et avant que sa tête ne disparaisse il lui adressa une dernière phrase :

-Maya ! Tu dois trouver la boite !

Puis il disparut. Et le vortex avec lui. Maya ne comprenait rien mais elle se mit sur ses gardes et fit apparaitre son épée. Zeïnos apparu également.

-Dante que vous arrive-t-il ?! Hurla la jeune fille.

Mais Dante ne l’écoutait visiblement pas, elle semblait préoccupée.

-La boite ? Quelle boite ?! Raaah ne me dite pas que ?! Nom d’un zombi en robe de mariée ! Puis elle disparut.

Maya resta plusieurs secondes bouche bée… Que venait-il de se passer… ?

-Maya ?! Peux-tu me résumer la situation ? Parce que je t’avouerais que j’ai un peu de mal… Fit l’eon avec un regard perplexe.

-J’ai d’autant plus de mal que je suis là depuis le début ! J’ai rien comprit… Lloyd a disparut dans un vortex en me disant qu’il fallait que je retrouve une boite… Mais ne me demande pas ou on est et qu’est-ce que l’on fait là…

– En tout cas ce n’est pas très rassurant comme endroit.

En effet le tonnerre grondait et les éclairs s’écrasaient au sol. Les seuls arbres qui restaient étaient noirs et dépourvu de feuille. La terre noire craquait, des nuages de cendres venaient épousseter le seul chemin qui se trouvait juste devant les pieds de Maya. Une sorte de route délimitée par des rochers rougeâtres. En suivant le chemin des yeux Maya put voir qu’il menait au seul bâtiment visible aux alentours, une grande tour noire. Au dessus de laquelle tournait un panache de fumée sombre.

-C’est clair… Ce n’est pas la déco de Joe le rigolo…

-Tu ne trouve que ça à dire ?! La situation m’a l’air critique !

-Ne t’inquiète pas tant que ça ! Lloyd et Dante me préparaient un truc je suis sûr que ça fait partie de mon entrainement ou quelque chose dans le genre !

-Ton esprit me semble de plus en plus fort ! –Il soupira en souriant- Soit, alors que fait-on ?

– Bah pour le moment je ne vois pas d’autre chose que d’aller dans cette tour pour trouver cette fameuse boite. Un peu d’action ne me fera pas de mal.

-Et bien c’est parti alors !

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Z18p1

 

Partie 1 : La Citadelle des Ombres

Maya et Zeïnos prirent donc la route. Ce n’est qu’a ce moment là que Maya se rendis compte que ses vêtement avait eux aussi changés. Ce qui lui mit la puce à l’oreille fut tous d’abord les cliquetis qu’elle entendit en faisant son premier pas dans ce monde. Elle baissa la tête et vit qu’elle portait des jambière de métal d’un argentée flambant neuf.

Au dessus des genoux il n’y avait que des bas noirs sérés par deux ceintures rouges. Le tissu s’arrêtait au niveau de ses cuisses. Son entre-jambe était protéger par une culotte noire attaché à une sorte de ceinture en os de couleur argentée qui se prolongé à l’arrière telle une mince échine de démon pour épouser la courbe de ses fesses et se finissait comme une pointe qui dépassait du bas de son dos.

Deux ceintures rouge en croix serraient son ventre et le haut de son buste était habillé d’un petit justaucorps noir protégé à l’avant d’un bustier argenté représentant un dragon dont les griffes était attachés par une petite chaine au niveau de sa poitrine. Les cornes du dragon se prolongeaient jusqu’au dessus de ses épaules, attachait à elles par une fine membrane plus claire qui paraissait néanmoins très résistante. Ces cornes et ces membranes se poursuivaient à l’arrière pour rejoindre une protection en forme d’étoile qu’elle portait sur son dos. Elle sentait d’ailleurs un afflux de magie qui parcourait les branches de cette étrange pièce d’équipement.

Enfin, ses bras étaient équipés de longs gantelets d’argents apparentés aux jambières.

-Très… Suggestive comme tenue… Lança Zeinos avec un léger sourire.

-Je suis d’accord… Celui qui l’a conceptualisé à dut se faire plaisir… Mais étrangement je la trouve très confortable. Et en plus j’ai toujours rêvée de porter ce genre de chose. Elle se mit à rire.

-Ah ah, bon et bien allons-y. Il nous reste encore à découvrir ce qu’il se passe.

-Oui tu as raison. J’ai beau être sûr que tous cela à une explication logique, je n’arrive pourtant pas à y voir clair. J’espère ne pas me tromper en me disant que c’est de la mise en scène !

-Nous verrons bien… Mais je l’espère aussi parce que je t’avouerais que j’aurais du mal à rester confient dans nos chances de survie s’il s’avérait que nous devions affronter Dame Dante…

-Pas la peine de faire de long discours… On ne peu strictement rien faire contre elle. On va commencer par chercher des infos sur cette « boite » Dont parlait Lloyd, c’est notre seule piste.

-Et comme il n’y a pas l’air d’avoir âme qui vive, j’imagine que notre destination ne peut être que cette tour noire au loin.

-En effet.

Ils se mirent alors en route. Le paysage déplaisant qui les entourait était à la fois déroutant et dangereux. Bien qu’il n’y ait pas une seule bête qui rôdait dans les parages, le danger venait du mouvement des plaques qui formaient le sol de ce monde chaotique. Elles n’étaient pas stables et Maya avançait prudemment pour ne pas tomber dans les crevasses dont jaillissaient des geysers brulants.

Le sol déjà estimé par Maya comme étant noir à leur départ, semblait s’assombrir encore au fur et à mesure qu’ils s’approchaient de la Tour. C’était un très grand édifice dont la conception était plutôt étrange. Elle portait sur l’un de ses flancs une sorte de boule énorme munis de cercles magique qui lui donnait une certaine ressemblance avec un œil gigantesque.

Plus haut, une espèce de rampe de couleur un peu plus clair entourait la tour. Enfin tout en haut on pouvait voir un étrange rayon lumineux de couleur rouge qui était projeté très haut dans le ciel, il traversait deux anneaux de taille colossale qui flottait dans l’air au dessus de l’édifice. Le rayon se perdait ensuite au dessus des nuages noirs qui recouvrait ce monde inhospitalier.

Maya et son Eon était maintenant sur la grande plaque qui portait la tour. Contrairement aux autres, celle-ci était très stable. Maya avait désormais l’impression de marcher sur un sol presque normal. Cependant alors qu’auparavant elle ne ressentait aucune vie, aucun mouvement autre que celui des plaques. En posant le pied sur celle-ci elle sentit un fort vent se lever. Il transportait de la poussière et des cendres qui firent suffoquer Maya. Elle posa rapidement sa main devant sa bouche pour se protéger. Tout en gardant péniblement un œil ouvert elle poursuivit sa marche, s’enfonçant encore un peu plus dans le mur de poussières qu’avait levé le vent qui s’amplifiait sans cesse, la repoussant de plus en plus et rendant sa progression le plus en plus difficile. Au bout d’un moment. Maya se souvenue qu’elle était désormais une magicienne… Enfin, c’est Zeinos qui le lui rappela par télépathie en lui exprimant son étonnement de la façon suivante :

-Maya ? Que fais-tu ?

Tout de suite Maya se rendis compte de se qu’elle aurait du faire depuis un petit moment.

Elle lança un sort pour transformer les poussières proches d’elle en gouttelette d’eau et en même temps s’entoura d’une bulle d’eau qui avait un mouvement rotatoire contraire au sens du vent pour créer une brèche dans le véritable cyclone qu’elle traversait. Les poussières qui lui venait de l’avant était alors pris dans le tourbillon et passait derrières elle sans la toucher et donc sans la ralentir. Ce sort de tourbillon aqueux étant encore à l’état d’essai, elle ne pourrait le maintenir longtemps. Elle se mit donc à courir pour avancer le plus possible. Elle semblait glisser dans la tornade noirâtre qui l’entourait.

Juste avant que le sort ne s’arrête elle atteint finalement l’œil du cyclone. Au centre du cercle dépourvu de vent se dressait la tour, leur objectif.

-Bravo, tu à vraiment une faculté d’adaptation incroyable ! Lui fit Zeinos.

-Merci j’ai simplement eu une bonne idée… Répondit-elle en riant.

Elle observa la tour, ils étaient enfin arrivés. Elle vit qu’en haut des escaliers qui menaient à l’entrée de l’édifice se trouvait deux gardes. Mais ils semblaient tout petits. Maya s’approcha prudemment en faisant apparaitre son épée au cas où.

Elle gravit la dizaine de marche sans lâcher des yeux les deux gardes en armure de métal rouge sombre qui la regardait aussi en se parlant à voix basse. Maintenant qu’elle les voyait de plus près, Maya comprit pourquoi ils avaient cette taille. En effet un horrible nez verdâtre dépassait de leur étrange heaume. S’était à coup sûr des gobelins. Des créatures qu’elle connaissait bien puisqu’ils étaient nombreux à peupler les crevasses et les cavernes des montagnes entourant son village natal au milieu de la vallée de la Félicité. Elle avait d’ailleurs participés à de très nombreuses chasses durant les saisons estivales où elle rentrait chez elles. Elles avaient pour but d’éloigner les populations gobelines qui s’installaient à proximité des champs des villageois.

Aussi comique que soit, aux yeux de la jeune fille, le fait que ce soit deux simples gobelins qui gardent l’entrer d’un telle édifice, elle se garda de trop les sous-estimer. Il était tout deux armés d’une hallebarde à leur dimension, soit de la taille de l’épée de Maya. « Ce sont surement des gradés, ils ont l’air de savoir lequel des deux bouts est tranchant ! » Pensa Maya qui ne pouvait s’empêcher de sourire en repensant aux nombreuses preuves qu’elle avait put observés démontant l’incroyable idiotie de cette race de vermine.

-Elle n’a pas l’air commode ! Chuchota le premier à son collègue.

-Notre maitre non plus imbécile ! Tais-toi et laisse-moi parler ! Rétorqua le second en donnant un coup de point sur la tête du premier.

Il se tourna vers Maya qui était à présent juste devant eux

-Que cherche-tu ici étrangère ?! Siffla-t-il avec la voix stridente propre à sa race.

Maya était surprise qu’il parle la langue des humains. Mais n’y voyait qu’un avantage et non un point essentiel à approfondir.

-Qu’est cette tour ? Fit-elle de façon diplomate.

-Qu’est cette question ? Fit le gobelin avec une expression de surprise. N’as-tu donc jamais entendu parler de Dame Dande ?

-Euh… C’est « Dante » Commandant Bikks…

-C’est bien ce que j’ai dit lieutenant Wekk ! Je t’ais dit de te taire ! Il frappa à nouveau son subordonné sur le crâne.

-Est-ce Dante qui est responsable de tous ce chaos ? Fit Maya, qui n’avait que faire de leurs chamailleries, toute aussi amusantes qu’elle soit.

-Evidemment ! Où étiez-vous ces vingt dernières années ?! S’exclama le gobelin.

-Vingt ans ? Fit Maya.

-Après le combat sanglant qui déchira Dame Dante et l’ex-Invincible, Elle prit le contrôle de Zeidaran et y installa chaos et…

-Lieutenant Wekk !! Hurla Bikks en lui assénant un violent coup du plat de la lame de son hallebarde. Le gobelin trop bavard s’envola brutalement mais sur une courte distance, l’immense porte de fer venant freiner sa course d’une manière tout aussi brutal. Je t’avais prévenu ! Tu aurais du me laisser parler !

-C’est impossible voyons je viens d’un monde où les deux sont réconcilier ! Fit Maya en haussant les épaules.

-Kriii ik ik ik ! Quelle blague ! Ria le comandant.

Maya voulait tirer ça au clair mais avait du mal à supporter le fait d’apprendre des choses par l’intermédiaire des gobelins… Elle coupa court à la conversation.

-Laissez-moi entrer ! Je dois voir Dante !

-Idiote ! Crois-tu que nous soyons là pour décorer ?

-J’en doute ou alors il faut renvoyer celui qui en a eu l’idée. Siffla Maya avec un sourire.

-Que veux-tu dire ?!

-Oh rien laissez tomber.

Elle fit un pas en avant pour s’approcher de la porte. Et commença à la pousser pour l’ouvrir. Le lieutenant Wekk s’étant enfin réveillé, de manière brutale encore une fois, les deux gobelins se mirent derrière elle et la menacèrent avec leurs armes.

-Lieutenant Wekk. Dans l’autre sens !! Fit Bikks à voix basse pour signaler à son subordonner qu’il tenait son hallebarde par la lame.

S’il y avait bien une chose que Maya avait retenu de la chasse au gobelin, c’est qu’ils ont une peur incontrôlable, et incomparable de l’eau. Ce qui en faisait, pour elle, des adversaires inoffensifs.

Alors que les deux êtres miniatures pointaient chacune l’une des cuisses de la jeune fille avec leurs hallebardes, elle lança un sort toujours sans le moindre geste qui eu pour effet de faire apparaitre un mince filet d’eau sous ses pieds. Remarquant l’humidité sur leurs bottes de fer rouge les deux gobelins eurent un mouvement de recule.

-Qu’est-ce-que c’est que ça ?! Fit le commandant.

-C’est… C’est de l’eau !! hurla le lieutenant !

-Ah ? Je ne vous avez pas prévenu ? Je suis une mage qui manie l’élément aquatique. Déclara Maya en se retournant vers eux.

-De l’eau ! De l’eau ! Répétait le lieutenant en sautillant sur place pour tenter d’échapper le plus possible au filet d’eau qui recouvrait le sol de pierre. Il provoquait ainsi des éclaboussures qui venaient agresser son supérieur.

-Calme-toi Wekk ! Nom d’un Grognard manchot ! Malgré ces paroles il ne semblait pas beaucoup rassuré que son subalterne.

Maya leva la main gauche et fit se reposer le bout de ses quatre doigts sur son pouce. L’eau qui entourait les deux gobelins s’éleva alors dans les airs et forma une sorte de dôme aqueux dont ils étaient désormais les prisonniers.

-Krii qu’elle est cette chose ?! Hurla Bikks. Son lieutenant, devenu complètement fou se précipita sur lui pour grimper sur son dos. Bikks Attrapa Wekk par l’armure et le fit s’écraser tête la première sur le sol. Le forcené se calma enfin… Il était inconscient.

Maya s’approcha alors du dôme et s’accroupis pour se mettre à la hauteur du gobelin qui la dévisageait.

-Et bien commandant Bikks… On dirait que vous ne pouvez rien faire contre moi. Fit-elle avec un sourire. Vous serez libérés de cette prison quand je me serais suffisamment éloignée. Bye ! Elle se releva et poussa la lourde porte, elle n’était pas fermer mais suffisamment massive pour que l’entreprise soit lente.

-Vous ne nous tuez pas ? Déclara Bikks qui ne comprenait pas.

-Je n’aurais aucun intérêt à tuer une créature qui ne m’est aucunement nuisible. Sur ces paroles elle se faufila au travers de l’entrebâillement quelle venait de créer.

Elle se retrouva dans un immense hall, très haut de plafond et magnifiquement décoré de sculptures de pierre blanche et de tableaux représentant Dante. A vrai dire cela ressemblait plus à une chapelle, mieux, une cathédrale à la gloire de Dante. L’absence d’ouverture sur l’extérieur était compensée par de gigantesques images lumineuses qui flottaient près des murs et sur le plafond. Elles ressemblaient à des vitraux. Et plongeaient le lieu dans une ambiance plutôt sombre et multicolore.

Maya se trouvait sur une allée principale qui menait jusqu’à une scène où se dressait un autel richement décoré d’or et de pierres précieuses. A sa droite et à sa gauche se trouvait des rangées de bancs tous vides.

Sans dire un mot, Maya avança, Zeinos la suivi en restant sur ses gardes, prêt à dégainer son bouclier au cas d’une attaque surprise. Ils ne voyaient rien de vivant, mais rien de rassurant non plus. Les pas de la jeune fille résonnaient fortement dans toute la pièce, s’était le seule bruit qui parvenait à leurs oreilles.

Alors qu’elle avait fait les trois quarts du chemin qui la mènerait à l’autel, quelque chose changea. Plus un bruit, plus aucun écho, elle continuait à marcher mais ne produisait aucun son. Quand elle s’en rendit compte Maya se stoppa. Elle posa le pied en arrière, aucun bruit. Pourtant sa jambière de métal touchait bel et bien le sol.

-Et bien ma sœur, vous faite trop de bruit pour une païenne.

Maya leva les yeux vers la provenance de cette voix féminine qu’elle ne connaissait pas.

Devant elle, une femme vêtue d’un blanc étincelant perça l’obscurité et vînt se placer juste devant l’autel. Elle souriait, son visage était radieux, presque rassurant, s’il on oubli l’ambiance malsaine de cette église aux portraits sanglants.

-Que venez-vous trouver ici ma sœur ?

Maya réfléchit quelques seconde à la réponse qu’elle allait donner puis ouvrit la bouche en prenant un air fatigué.

-Je viens d’un lointain pays, j’ai vécut pléthore d’aventures, et me suis finalement perdue. J’ai atteint par hasard ce monde ravagé, je cherche alors des réponses, sur ce qu’il s’est passé ici.

Zeinos fut surprit de cette réponse et comprit que Maya avait décidé que la meilleur solution serait de s’inventé un passé en cohérence avec l’endroit pour pouvoir comprendre de quoi il en retourne. Resté encore à savoir ce que son interlocutrice allait répondre à cela.

-Vous venez d’un monde qui n’a pas été pacifié par la Dame ? Incroyable !

Son teint était toujours aussi lumineux, Maya fut soulagé, elle semblait avoir marché, mais en y repensant elle se demandait si ce qu’elle avait raconté était un mensonge ou simplement la vérité…

-Qu’elle Dame ? Fit-elle toujours dans son rôle.

-Et bien voyons Dame Dante, L’Impératrice du Crépuscule ! -Elle leva les bras au ciel- Elle nous a apporté la paix en nous débarrassant des impurs. Et moi, Jeanne n’existe que pour vénérer sa toute puissance.

Maya conclut en pensé que s’était une fanatique.

-Qui étaient les impurs ? Demanda-t-elle.

La femme baissa alors les bras et reposa son regard doux sur elle. Puis en une fraction de seconde, elle se désagrégea en une nuée de particules lumineuses qui se dirigèrent vers Maya et la traversa. Maya eu juste le temps de se retourner, la sœur était déjà reparut derrière elle et lui tournait le dos. Maya se mit aussitôt en garde.

-Les impurs sont ceux qui ne savent pas qu’ils le sont. Fit la femme en riant doucement. Puis elle se retourna et regarda à nouveau Maya dans les yeux. Tous comme toi ma sœur… Ajouta-t-elle.

Maya fit un bond en arrière pour garder une marge de manœuvre si un combat venait à se déclencher.

Toujours souriante la prêtresse se transporta encore comme la première fois et reparut cette fois derrière l’autel. Les bras à nouveaux levés vers le plafond et le regard dans l’infini.

Ma sœur, tu te trouve dans la Tour du pouvoir absolue, on l’appel Arx. Elle maintient le monde pacifié. Afin que puisse se dérouler un jour le Grand Retour.

-Le Grand Retour ? Répéta Maya.

-Hmm… Inutile de te l’expliquer, une impur ne saurait comprendre les désirs de la Dame.

-Soit ! Alors je préfère être l’épine plutôt que la feuille. J’arrêterai cette Dante ! En garde !!

La prêtresse éclata de rire.

-Tu pence être en mesure de faire quoique ce soit qui puisse entraver les plans de la Dame ? Elle éclata encore une fois de rire, il était de plus en plus aigue, il en devint strident. Elle s’éleva légèrement dans les airs. Sa robe flottait, secoué par un vent inexistant. Au fur et à mesure qu’elle riait son corps se pliait en arrière tel un damné. Sa robe se déchira à ses extrémités en passant du blanc immaculé au bleu spectrale. Maya se tenait prête, épée en main droite et magie en mains gauche, elle observait avec attention la mutation de la femme. Soudain elle stoppa son rire, elle s’envola et se dirigea très rapidement vers Maya, elle n’eut pas le temps de réagir, pourtant elle n’avait pas détourné son attention un seul instant. Heureusement Zeinos eu le reflexe de déclencher le bouclier.

Cependant Maya sentit tous de même une violente étreinte au niveau de son coup. Les yeux grands ouverts Maya pouvait voir le bras presque transparent de la femme qui traversait le bouclier pour venir l’étrangler.

Le bouclier disparut aussi vite qu’il était apparut et le visage déformé par un sourire démonique et des yeux étirés de son adversaire s’approchèrent rapidement.

-Impure ! Tu vas périr puisque c’est ce que souhaite !

Maya lança un puissant jet d’eau sur le sol devant elle pour se propulser en arrière, elle parvînt à s’arracher de l’emprise de la créature. Au départ elle pensait que tous ceci n’était qu’un jeu organiser par Lloyd mais… La douleur était bien réelle ! Quelques secondes de plus et elle se serait certainement évanouie, ou pire…

Elle ne s’autorisa aucun repos, elle fixa son adversaire. Et très vite elle se propulsa à nouveau mais en avant cette fois, épée prête à asséner un puissant coup. Mais un imprévu survînt, Aussi précise que fut son attaque Maya traversa littéralement la prêtresse. Celle-ci l’attrapa avant que ses pieds ne retouchent le sol. Elle enroula ses bras autour d’elle et l’étreignit de tout son corps tout en s’envolant. Maya avait le souffle coupé, elle implorait l’aide de Zeinos en pensée mais celui-ci ne savait que faire.

Il vola jusqu’à la tête déchirée par un cri de douleur de Maya et pénétra son crâne. Les yeux de Maya s’illuminèrent alors puis elle se transforma totalement en eau. La Banshee perdit prise sur elle et Maya dégoulina littéralement en dessous d’elle mais ne tomba pas au sol. L’eau forma une sorte de courant se déplaçant gracieusement dans l’air. Puis Maya se reforma, elle flottait dans les airs face à son adversaire visiblement surprise et agacée. Mais l’apprentie magicienne semblait très différente, elle était totalement nue et sa peau était devenue bleuté. Ses cheveux étaient animés d’un mouvement de flottaison, ses yeux avaient perdu leur pupille et leur iris pour ne former qu’une boule bleu. Enfin elle était entourée de courants d’eau qui tournoyait doucement en orbite autour d’elle.

A cet instant, Maya avait une sensation étrange, une sensation qu’elle avait déjà ressentie. Elle avait l’impression de ne plus contrôler son corps. Elle voulait comprendre, et donc se regarder, mais ses bras, sa tête, rien ne bougeait. « Que ce passe t-il ? » Se dit-elle. Puis comme par enchantement, la réponse lui vînt, comme si elle sortait de sa tête, un peu comme un souvenir. « J’ai fusionné avec Zeinos. C’est une technique qui ne marche que si la synchronisation mentale entre le mage et l’eon est très élevée. A présent je dois, comme lui, accepter ce fait sinon nous ne pourrons pas bouger notre corps. La fusion étant limité dans le temps et très gourmande en énergie il me faut me dépêcher. Qu… Quoi mais d’où me viennent toutes ses chose ? Je ne comprends pas ! Mais si voyons, je le comprends c’est l’évidence je ne suis plus seule à être moi ! Il faut me dépêché ! Mais oui ! Parler à Zeinos revient à me parler maintenant mais alors… Vite elle vient sur moi ! »

La confusion de son esprit s’arrêta juste à temps, la banshee avait volé vers elle toujours à une vitesse ahurissante mais juste avant d’être atteinte Maya exécuta un mouvement fulgurant sur le côté. Esquivant ainsi la créature in extremis. La surprise de cette dernière fut de courte durée et elle tendit à nouveau son bras pour attraper la gorge de la fusion de Maya et de Zeinos. D’un simple mouvement de la main la fusion dévia la course de l’un des filets d’eau qui l’entourait et a la manière de l’élémentaire qu’ils avaient combattu à l’entrainement elle l’envoya s’entrechoquer violement contre le bras de la créature. Celui-ci fut projeté en arrière et elle cria de douleur.

-Comment peux-tu me toucher ?! Hurla-t-elle.

L’être fusionné ne répondit rien. Elle fit un nouveau mouvement de la main et de l’eau vînt entourer la créature démoniaque. Quand elle ferma le poing la banshee poussa un cri strident, elle semblait compresser par l’eau. Une étreinte semblable à ce qu’elle avait fait subir plus tôt à Maya. Quelques secondes plus tard la créature disparut, et l’eau qui exerçait toujours son étreinte fut projetée dans tous les sens avant de revenir tournoyer lentement autour de sa créatrice. Toujours silencieuse, celle-ci tournait la tête en tous sens pour retrouver la trace le la créature. Elle l’a sentait, elle était caché. Mais impossible de savoir où. C’est comme si elle était partout et nulle part à la fois, la pièce entière était recouverte de sa magie. L’être fusionné avait une nouvelle vision de la magie. Elle pouvait la voir, telle une peinture elle recouvrait les murs, les bancs l’autel, le sol… Elle était partout. Comment dans tous cela apercevoir son adversaire, s’était comme chercher, une tige de foin précise, dans une botte de foin. Impossible tant qu’elle ne se remontrerait pas.

Soudain, la banshee réapparut. Elle n’en finissait d’ailleurs plus de réapparaitre. En quelques secondes s’était une véritable armée, un nombre incalculable de copies de la créature entourait l’être né de la fusion. Les choses se compliquaient alors. La Banshee étant la génitrice de toutes ses copies, chacune d’elle était recouverte de la même magie que la première. Comment savoir laquelle est l’originale, non, comment savoir si l’une d’elle est l’originale ? Avant de pouvoir débattre de la chose, elle dut faire face et éviter les banshee qui se jetèrent sur elle. Elle avait l’impression que leur vitesse avait décroit, elle les voyait distinctement et parvenait à les éviter une à une. Elle en profitait pour leur donner des coups affins qu’elles ne reviennent pas immédiatement et ainsi ne pas être submergée. Mais vu le nombre d’adversaires c’était presque peine perdu. Il en venait par les côté, par le haut, par le bas, dans tous les sens. Son espace de mouvement se réduisait de plus en plus, et de nouvelles créatures continuaient d’apparaitre au fur et à mesure qu’elle s’en débarrassait.

N’admettant pas sa défaite l’être issue de la fusion rassembla ses forces pour lancer une attaque puissante, elle s’entoura d’une grande quantité d’eau, comme un bouclier que les créatures commençaient déjà à traverser. Une fois prête elle Fit exploser la bulle dans laquelle elle se trouvait et les dizaines de banshee qui l’entourait furent très violement projeté en arrières, allant s’écraser contre les murs elles volèrent toute en éclat après les chocs qu’elles subirent.

Ce retrouvant alors à nouveau seule, l’être fusionné commença à perdre de l’altitude, visiblement essoufflée. A à peut près un mètre du sol Zeinos fut comme éjecter hors de Maya et celle-ci reprit son corps initiale avant de tomber à genoux sur les dalles de pierre. Et encore une fois elle ne fit aucun bruit en touchant le sol. Maya s’autorisa quelques seconde de répits avant de relever les yeux vers l’autel. Mais elle fut violement projeté en arrière. Elle vînt s’écraser contre la porte d’entrer et restait suspendu dans les airs plaquée, son cou bien en évidence. La main de la banshee commença alors à apparaitre, puis la banshee tout entière, elle la tenait à nouveau à sa merci.

-Cette fois tu ne m’échapperas plus, tu ne peu plus rien, tu n’as plus d’énergie tu es finie !

Maya ne dit d’abord rien mais n’avait pas l’air de ressentir la douleur de l’étranglement, elle ne criait pas.

-Meurt ! Hurla la banshee.

Maya éclata de rire.

-Et bien vas-y ! Tue-moi ! Qu’attends-tu ? Fit elle sur un ton de défie en regardant son adversaires dans les yeux.

La colère commençait à déformer le visage de la banshee, encore plus qu’il ne l’était à la base. Elle serrait plus fort à chaque secondes.

-Tu as failli m’avoir, mais j’ai compris ton petit jeu. Tu ne peu plus rien me faire maintenant. Expliqua Maya calmement, même si la fatigue venait perturber quelque peu son regard.

-Quoi ?!

-Tout ici est illusion ! Il m’a fallut longtemps pour le comprendre mais quand j’ai vu tes clones exploser après avoir touchés les murs j’ai tout comprit. Et le fait que je ne ressente plus rien à ton étreinte confirme mon idée.

Tout en parlant Maya commença à descendre, la banshee lâchait prise. Quand ses pieds touchèrent le sol, un bruit de métal percutant la pierre résonna dans toute la pièce. Elle se mit alors à marcher tranquillement vers le centre de la pièce tout en parlant :

-Tu nous à pris dans une illusion juste avant d’apparaitre. C’est pour cela que je ne pouvais pas te toucher mais que toi si. Tu faisais croire à mon esprit que tu m’attrapais, et j’avais alors mal, mais c’était une douleur imaginaire, qui aurait put me coûter la vie si je n’avais pas tout compris. Je ne pouvais te toucher physiquement car tout n’était que magie, or je parvenais à te toucher avec ma propre magie. Règle numéro un : la magie ne percute que la magie et idem pour le tangible. Seule une illusion peut faire croire a un corps tangible qu’il est étreint, ou pousser par de la magie pure. Car c’est théoriquement impossible. Tout a l’heure, j’ai vue la pièce sous un autre angle. Et ta magie recouvrait absolument tout. Quand j’ai projeté tes clones ils auraient dues traversés des murs ordinaires mais au lieu de ça ils ont été détruits par le choc. Tu nous as transporté dans un monde imaginaire que tu as créé ressemblant trait pour trait a cette pièce mais où tu étais toute puissante. Et où rien n’était tangible, c’est pour cela que je n’entendais plus le bruit de mes pas. Mais maintenant –Elle elle donna un coup de pied dans un banc, le bruit résonna fortement- il me semble que tout est rentré dans l’ordre. N’est-ce pas ? Fini-t-elle avec un sourire en coin trahissant la grande fierté qu’elle éprouvait à cet instant.

-Peste ! Comment as-tu réussit à échapper à mon illusion ?

-J’ai lu un article parlant de la magie des illusions… Elle disparaisse si l’on comprend qu’elle existe et son ampleur exacte. Désolé ! Veux-tu à présent te battre dans mon monde ? Elle dégaina son épée. Zeinos lâcha un soupir de soulagement et se mit à sourire.

La créature se mise à rire.

-Idiote, la mort que je t’aurais faite subir aurait était moins pénible que celle que tu subiras plus haut dans la tour… Mais soit, tu m’as vaincue. Adieu.

Puis elle disparut.

-Ah ah ! Une bonne chose de faite ! S’exclama Maya.

A suivre !

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

[Maya] Pas de Bonus de fin de chapitre ?

[Manael] C’est pas la fin du chapitre.

[Maya] Hé ! Finement joué !

[Manael] N’est-ce pas ?

[Maya] Mais d’un autre côté, cette discussion ressemblerai presque à…

[Manael] DAMNED ! Bon bah tant que j’y suis… Dîtes moi se que vous pensez du dessin ! Certes c’est toujours pas colorisé mais j’ai changer de matos et de méthode ! voila voila. Ah ! Oui pour les pinailleurs : NON je n’ai pas oublié le “s” à “Ombres” sur le dessin ! Mais il n’est pas passé au scan !

[Dante] Le pire c’est que c’est vrai…

[Manael] Ah ! Si même Dante le dit…

2 réflexions sur “Zeidaran Chapitre XVIII 1ère Partie : La Citadelle des Ombres

  1. Merci ! C’est en effet l’aspect que je veux donner avec ce chapitre. Je veux que Maya devienne forte ! Toutes les explications techniques sur cette fusion (oui parce que c’est pas si simple ^^) viendront au début de la prochaine partie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s