Mekanika Level 4

Attention : Ce qui suit est la version originale et désormais obsolète du récit.

Rendez-vous ici pour la version actuelle :

https://zeidaran.com/2016/05/15/mekanika-the-remake-world-3-neon-genesis-mekanika/

Dans la nouvelle mouture, les événement des anciens Level 3 et 4 sont regroupé en un seul chapitre.

 ____________________________________________________

Note: J’ai décidé de poster “à l’ancienne” le Level 4 pour qui soit accessible de la même façon que les précédents. C’est cependant à peu près le même chapitre qu’auparavant (quelques fautes en moins, et des dessins rescanner avec ma toute nouvelle imprimante de la mort !

img006

Level 4 :

Rires Sang et Larmes,
Mekanika !

Level 4-1 :

Crazy Nightmare !!

>> Quelque part dans la galaxie Alia, plate-forme clandestine n° 2754, bar « Le Rieur Mécanisme », parking, vaisseau polyvalent artisanal matricule KMK-7, heure galactique standard : 23h 48 <<

-ZZZZ(Shhhh)Zzzzzz(shhhhh)zzzz(shhhhh)zz*gasp* Hein ?

Xenon regarda autour de lui pour reprendre ses esprits. Il s’était endormi sur son fauteuil de la passerelle du vaisseau. Il regarda instinctivement l’horloge digitale sur le tableau de bord en face de lui. Puis ses yeux se levèrent vers la vitre, il apercevait la fenêtre du bar qu’il était sensé surveiller. Il fut soulagé de constater que Melody y était toujours en un seul morceau. Elle poursuivait sa discussion avec ce grand individu encapuchonné. (shhhhh) Mais d’où venait ce bruit qu’il l’avait réveillé ? Il tapotât sur le clavier comme Melody lui avait appris et il fit apparaitre l’écran de surveillance général de l’appareil.

Apparemment il y a du mouvement dans la salle de bain.

-Mais qu’est-ce que… fit Xenon. Aya ! Pourquoi tu ne m’as pas averti qu’il y avait un problème ? Aya ?

L’écran de dialogue de l’IA s’afficha mais au lieu d’y présenter une fillette aux cheveux bleus, un bandeau traversait l’image. On pouvait y lire « mode RAC. Démerde-toi ! ».

Xenon soupira. Il savait que ce n’était pas la peine d’attendre quoique ce soit d’Aya tant qu’elle serait en mode « Rien A Cirer » Il décida donc d’aller voir par lui-même. Il s’assura d’avoir à sa ceinture le pistolet à impulsion que Mel lui avait confectionné. Puis il sortit de la salle de commande. Il se dirigea le plus discrètement possible vers la porte de la salle de bain. *Shhhh* Le bruit continuait. Mais maintenant qu’il était contre la porte de la salle de bain l’enfant savait d’où il venait.

-(La douche ? Quel genre de voleur prendrait une douche ?) Se murmura-t-il à lui-même.

Il approcha sa main gauche de la plaque qui commandait l’ouverture de la salle de bain tout en s’apprêtant à braquer son arme sur l’intrus. Mel lui avait appris à ce servir de plusieurs type d’armes et il avait à son contact pris beaucoup d’assurance en peu de temps.

Il ouvrit et se mit immédiatement en position de tir. Chercha sa cible, mais il ne la voyait pas. La pièce était embrumée et la buée recouvrait les parois transparentes du bac de douche. En y regardant bien, il distinguait la silhouette de l’inconnu. C’était un humanoïde de plutôt petite taille et à la peau clair.

L’intrus ne l’avait visiblement pas entendu entrer mais il stoppa le jet d’eau. Il devait avoir fini de se laver. Xenon pointa son arme sur la vitre coulissante de la douche pour pouvoir tenir en joug l’intrus dès qu’il essaierait de sortir. Il espérait cependant que ce ne soit pas une femme, il avait du mal à garder son sang-froid devant la nudité féminine…

>>A quelques mètres de là, dans le bar. 23h 49<<

-Bon on reprend depuis le début : tu me donne les coordonnés de la Terre et je vais te chercher ton artefact. Melody observait d’un œil malicieux le karian qu’elle avait en face d’elle.

Sous son capuchon, le pirate de l’espace la regardait avec les yeux de celui que l’on ne peu pas mener facilement en bateau.

Les Karians sont des êtres très intelligents. Ce sont les représentants d’une des races les plus influentes de l’empire. Ce sont des humanoïdes à la peau mauve avec une tête allongés en arrière et munie de trois longues antennes sur le front. Les karians sont connus pour leur respect des règles et de leurs dogmes et donc très peu d’entre eux ce tournent vers la piraterie.

Pourtant celui-ci c’était une pointure en piraterie. On l’appelait l’Archiviste. Il a souvent les réponses aux questions que les pirates se posent mais il les fait payer cher. Melody avait entendu une rumeur qui disait qu’il serait en fait l’un des serviteurs de l’empire et qu’il travaillerait à la bibliothèque impériale. Cependant cette rumeur est bien connue depuis longtemps et pourtant il n’a, semble-t-il, jamais été inquiété. De l’avis général des pirates actuel, il ne faut faire appel à l’Archiviste qu’en dernier recours car personne en sait vraiment dans quel camp il se trouve. Et surtout il est à la tête d’une flotte redoutable !

Melody avait son arme prête à être transférée dans sa main mais savait que son interlocuteur n’était qu’une incarnation provisoire. En effet les karians sont capable de s’incarner dans des corps étrangers, celui-ci prend alors l’apparence du karian le tant de la possession, mais s’il on attaque à ce moment on ne fait que tuer son hôte.

L’archiviste s’était incarné dans un ivrogne qui se trouvait là avant Melody. Personne ne s’en était inquiété car dans ce bar malfamé la règle est : « Moins tu en sais et plus tu vie longtemps. ». Même un assassina passerait inaperçu dans ce genre d’endroit, seuls les droïdes chargés du nettoyage s’en occuperaient en se débarrassant du corps dans l’espace.

-Je sais tous ce qu’il y à savoir de toi Nekima. Je sais même que tu as trahis ta guilde il y a un mois. Rien dans ton passé ne m’incite à te faire la moindre confiance. Il s’arrêta et fini son verre avant de reprendre. Il me parait donc évident que je ne peu pas te donner ces coordonnés avant que tu ne m’es remis l’artefact dont j’ai besoin. Quand j’aurais ce que je veux, je te donnerais ce que tu me demande.

-Et comment puis-je être sûr que tu tiendras parole ?

-Je n’ai jamais mentis sur ce que j’ai ou pas en ma possession.

Melody éclata de rire.

-Et tu crois que ça va me suffire ?

-Jamais personne, n’ayant accomplie la tâche que je lui ai proposée, n’a eu quoique ce soit à redire sur mes réponses.

-Ouais enfin des gens qui ne sont pas mort dans tes plans suicidaires y’en à pas des masses non plus…

Le karian esquissa un sourire narquois.

-Mes informateurs t’avaient décrite comme une folle furieuse capable de tout et n’importe quoi. La seule survivante du génocide de Nymyacast ! Je vois que ta témérité à ses limites. Bon et bien si tu ne veux plus marchander je n’ai plus qu’à m’en aller.

Melody troqua son air moqueur pour une mine plus sérieuse.

-C’est bon j’accepte ton marché mais je veux une preuve que tu possède les coordonnées.

-Soit je vais te les donner alors.

-Quoi ? S’exclama Melody surprise.

L’une des longues antennes du karian vînt se poser sur le front perplexe de Melody. Elle aurait voulu l’esquiver mais il fut trop rapide pour elle. Soudain des images apparurent dans son esprit comme si les connaissances du karian s’écoulaient directement dans le cerveau de la mécanicienne en passant par l’antenne. Elle voyait des terriens, de l’eau, des arbres, les même que ceux que sa colonie entretenaient. Elle voyait des immeubles de métal et de verre, des véhicules à quatre et à deux roues. Tout était exactement comme la Terre que lui avaient décrite ses pères. Une nouvelle image apparut, la Terre dans son ensemble, bleue et tournant sur elle-même, la Lune. Soudain la planète s’assombrit puis elle explose. L’image s’élargie, traveling arrière, Les planètes dont Melody avait appris le nom à l’école, apparaissent : Mercure, Venus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton. Toutes en orbite autour de l’étoile nommé Soleil. A l’emplacement de la Terre un cercle vert se dessine, le même que celui des holocartes. Les coordonnées du point s’inscrivent alors. Puis nouveau traveling arrière pour donner une vu complète de la galaxie, le point vert est toujours indiqué avec ses coordonnées. Dernier traveling arrière, vu d’ensemble des sept galaxies de l’empire d’Arkanodia. Un trait partant du point vert s’inscrit et se rend jusque dans une autre galaxie puis un autre point se dessine et l’inscription « Position actuelle » apparait. A ce moment, le karian décroche son antenne et Melody rouvre les yeux.

-Qu’est-ce que… ?! S’exclama Melody en posant ses mains sur son front comme pour chercher une quelconque marque. Qu’est-ce que tu m’as fais ?!

-Les karians ont différentes habitudes amusante dont celle-ci qui me permet de te montrer des choses directement par la pensée. Expliqua-t-il calmement. Bon maintenant tu sais que je connais les coordonnées alors marché conclu ?

Melody mis quelques secondes pour remettre ses idées en place. Puis elle fit un grand sourire.

-Imbécile ! Je n’ai plus aucune raison de te rendre service puisque j’ai ce que je voulais ! Lança-t-elle sur un ton de défis, mais tout en restant attentive cherchant à deviner où était l’arnaque.

L’Archiviste ouvrit grand ses yeux blanc et sans pupille.

-Oh ! Suis-je bête ! Je me suis fait avoir ! Fit-il en sur-jouant. Il semblait beaucoup s’amuser avec elle.

-Ca va ! Dis-moi la vérité !

Il se mit à rire quelques secondes puis lui tendit un bout de papier et un vieux crayon.

-Tu devrais écrire les coordonnés de la Terre quelque part avant de les oublier.

-C’est pas faux.

Melody attrapa le crayon et le posa sur le papier. Mais n’écrivit rien. Elle resta immobile un long moment. Puis le karian intervînt.

-Et bien alors ? Un problème ? Ne me dit pas que tu as déjà oublié quand même !

Melody fini par asséner un violent coup de point sur la table, des têtes surprises se retournèrent mais ne tardèrent pas à reprendre leurs activités.

-Bordel ! Mais je les ai lus, je les ai mémorisées ! Comment ça ce fait que maintenant je ne m’en souvienne déjà plus !

-Oh ! Je comprends tu les as, comme vous dîtes, sur le bout de la langue n’est-ce pas ?

-Raah ! Je suis sûre que c’est encore un de tes tours !

Il esquissa un nouveau sourire narquois.

-Tu es perspicace ! En effet j’ai également la faculté de bloquer des souvenirs précis dans ton esprit. Tu auras beau te torturer jamais tu ne réussiras à t’en rappeler tant que je n’aurais pas levé le blocage. Mais au moins maintenant tu sais que je possède les coordonnées.

-La vache ! C’est le pouvoir le plus énervant que je n’ai jamais vu ! Je vais les avoirs sur le bout de la langue indéfiniment si je ne remplis pas ta mission ?! Je n’ai plus le choix !! Raah j’aimerais t’arracher tes antennes et te les faire bouffer par le…

Le karian l’interrompit en éclatant de rire.

-Alors ? Marché conclu ?

>> KMK-7, Salle de bain 23h50<<

Le corps dénudé de la fillette sursauta à la vision du quadruple canon de l’arme de Xenon. Mais celui-ci semblait encore plus estomaqué et la dévisageait sans dire un mot. Voyant l’état de quasi-mort cérébrale du garçon la jeune fille regagna son assurance et passa sa main dans ces courts cheveux bleu clair dégoulinant.

-Ola gamin ! Range cette arme ! C’est le dernier prototype de corps civil que Mel m’a fabriqué ! Il est encore en phase de test et n’a aucune aptitude de combat. Elle t’en voudra a mort si tu l’abime.

-A… A… Ayaya A… Balbutia Xenon avant de devenir plus rouge qu’une Nymaco parfum « Ultima-fraise » et de sortir précipitamment de la salle de bain.

Aya semblait satisfaite de cette rencontre inattendue, le premier garçon à avoir vu son corps robotique civil n’en était pas resté indifférent. Non pas qu’une intelligence artificielle ne se souci des choses de l’amour mais cela lui avait permis de gouter à un plaisir auquel Melody était jusqu’ici la seule à avoir accès.

Elle sortit de la douche, se plaça sur la plaque de séchage et l’activa. Deux boites de métal accroché au plafond au dessus d’elle s’ouvrirent et un petit robot volant sortit de chacune d’elle. Ils se mirent à voltiger autour d’elle, l’aspergent d’air chaud selon une chorégraphie millimétré puis ils allèrent se ranger automatiquement dans leurs caisses. En à peine quelques secondes l’épiderme artificiel d’Aya était entièrement sec, de même que ses cheveux.

Ayant toujours tout contrôle du vaisseau (Ce corps est une annexe dans laquelle elle s’était simplement téléchargée.) elle ouvrit la porte sans la toucher. Elle savait que Xenon était retourné sur la passerelle en quatrième vitesse. Elle traversa le couloir et se rendit dans la salle des machines. En entrant elle activa, sans y toucher ni même s’en approcher, le terminal de recherche et y sauvegarda son rapport.

>Entrée : Aya Système Prototype Civil 1 : Rapport n°21.

>Par : Aya Système

>Date : 47.15.36.248 A3 – 23h55m

>Test secondaire n°1 : étanchéité basique.

>>Condition(s) : Prise d’une douche.

>>Caractéristique(s) du liquide : Eau potable

>>>Calcium : 102 mg/L

>>>Potassium : 7 mg/L

>>>Sodium : 56 mg/L

>>>Magnésium : 12 mg/L

>>>Fluor : 0.069 mg/L

>>>Bicarbonates : 256 mg/L

>>>Nitrates : 2.1 mg/L

>>>Sulfates : 51 mg/L

>>>Chlorures : 12 mg/L

>>Fuite(s) détectée(s) : Aucune

>>Attaque(s) de l’épiderme : Aucune

>>Systèmes de récupération et évacuation d’eau : Fonctionnel et efficace.

>>Bilan : Résultats optimaux obtenus. Test concluant.

>Remarque : Léger disfonctionnement de l’articulation genou droit.

>Fin de rapport.

Elle se dirigea vers l’atelier tout en activant un mécanisme interne à son cou qui fit que sa tête pivota à 90° sur la droite et se suréleva de deux centimètres. L’épiderme artificiel s’étira puis se rompis en suivant une ligne parfaite laissant apparaitre les deux plaques de métal ronde et parallèles qui étaient posé l’une contre l’autre précédemment. La tête et le corps de l’androïde n’était plus reliés que par la gaine métallique principale, reliant l’unité centrale principale aux fonctions motrices et passant par le centre de son cou. La tête pivota alors à nouveau pour reprendre sa position initiale.

De petits orifices s’ouvrirent autour de la gaine et un gaz réfrigérant en sortit. Tendis qu’Aya se décapita, contrôlant son corps par l’unité secondaire situé au niveau de son bassin. Elle tenait à présent sa tête dans ses mains et automatiquement la gaine de métal et les câbles qu’elle contenait allèrent se loger à l’intérieur et l’orifice central se referma. Elle posa sa tête sur un socle prévu à cette effet, sur l’atelier et envoya le reste de son corps s’allonger sur la table de travaille sur laquelle il avait été fabriqué. Des bras mécaniques vinrent automatiquement brancher les câbles d’alimentation sur les 12 batteries à Mirari qui parcourait la structure corporelle. (L’épiderme artificiel laissant passer le Mirari dans le sens entrant ils vinrent se brancher à même la peau).

>>Au bar 23h 57<<

-… Et au cas où tu oublierais un des points de notre accord, je t’ai résumé tes objectifs sur ce disque.

Il lui tendit une petite carte carrée qui protégeait un disque de quatre centimètres de diamètre. C’était le format de stockage de donnée le plus standard et basique de l’univers, mais aussi le plus pratique et le plus rependu.

Melody s’en empara avec une grimace.

-Tu me prends pour qui ?

-Simple précaution, il m’est arrivé d’être insatisfait par un simple oubli. Je ne voudrais pas avoir à te faire assassiner à cause d’une étourderie.

-Me faire assassiner ? Si tu as des hommes à perdre envois les moi…

-Ah ah ! J’aime ta répartie. Il y avait longtemps que je n’avais pas discuté avec quelqu’un qui à l’aplomb d’ironiser après avoir passé un contrat avec moi.

-Tu aime avoir l’impression d’être quelqu’un d’important. Moi c’est différent je suis l’être le plus grandiose de tout les temps. Je ne vois pas en quoi tu pourrais me faire perdre mon aplomb. Rétorqua Melody d’un air très sérieux en se prélassent sur son siège.

Le karian éclata de rire.

-Ou bien tu es folle ou bien tu es géniale. J’ai hâte d’avoir la réponse ! Rapporte-moi l’artefact et tu auras les coordonnées de ta planète. Ce fut un réel plaisir de te rencontrer, Nekima Melody. Adieu jeune terrienne je suivrais ton parcourt avec grande attention.

Le visage du karian s’effaça alors et celui de l’ivrogne reparut. Loin de revenir à lui l’alien alcoolique laissa sa tête se fracasser sur la table, brisant le verre vide qu’avais laissé le prestigieux télépathe. Du sang gluant s’extirpa des plait et se rependit doucement sur la table. Melody, sans y faire attention, sauva in extremis son verre et le porta à ses lèvres pour le finir. Avant d’ajouter :

-C’est ça, je t’enverrai une carte postale.

Elle se leva et attrapa le porte feuille qui dépassait du grand manteau du quasi-cadavre (ou cadavre tout court c’était difficile à déterminer.). Elle interpella la serveuse la plus proche et le lui lança.

-Mon pote paye pour nous. Il vous laisse un extra pour le ménage.

Puis la fatiguée (et de mauvaise humeur) Melody se dirigea vers la sortie du petit bar clandestin.

Mais au moment de pousser la porte, le bruit d’un tir de blaster se fit entendre, frôla l’oreille de Mel, trancha une de ses mèches et fit un trou d’une rondeur parfaite dans la porte transparente. Melody transféra son pistolet à impulsion dans sa main, se retourna et pointa son arme vers l’origine du tir. Toute la salle s’était tue, la musique s’était arrêter et plus personne n’osait parler.

La personne qui avait tiré était un siamois, une créature humanoïde (mais avec quatre bras.) possédant un deuxième visage espiègle au dos du premier. Il était assis au bar.

-Alors comme ça Nekima Melody passe dans le coin et elle ne vient même pas dire « bonjour » à son vieux pote Le Ferrailleur. Lança-t-il

-C’est pas cool ça ! A non, à non ! Ajouta le second visage en faisant une grimasse.

Le Ferrailleur était un type plutôt connus dans le coin, sa spécialité était le recèle d’objet volé de grande envergure. (On raconte qu’il aurait même un jour revendu un vaisseau amiral de l’empire à un collectionneur. Mais personne ne savais si c’était vrai.) En tout cas la dernière fois qu’ils s’étaient croisés, Melody avait réussit à le rouler en beauté pour se procurer du matériel illégal et lui « emprunter » cinquante milles crédits au passage.

Le siamois se leva et se retourna vers Melody, laissant apparaitre un visage, certes identique morphologiquement au précédent, mais pourvu de plusieurs brulures et cicatrices témoignant de la vie peu sécurisé qu’il entretient. En même temps que lui c’est plus de la moitié de la salle qui se dressa pointant divers types d’armes en direction de la mécanicienne.

-Je vois que tu t’es acheté des amis… Lança-t-elle avec toute la désinvolture qui a fait sa réputation.

-Tu ferais mieux de baisser ton arme je crois gamine. Lui répondit le Ferrailleur sans tenir compte de sa remarque.

Melody était piégée. Et elle n’avait aucun moyen de prévenir Aya car elle avait désactivé les unités de communications de sa combinaison pour ne pas être dérangée. Elle n’en perdit pas pour autant son sang-froid et s’exécuta. Elle leva les mains en l’air et lâcha en partie l’emprise qu’elle avait sur son arme pour que le canon se retrouve attiré vers le bas par la gravité artificielle. Le pistolet a impulsion n’était en résumé plus accroché qu’à son indexe. Impossible de tirer dans cette position. Et de toute façon ce type d’arme n’était vraiment efficace que sur une portée de moins de deux mètres.

-Qu’est ce que tu crois ? Que je me trimbale avec autant de pognon sur moi ? Fit-elle en fixant le vieux truand dans les yeux.

Il s’approcha un peu d’elle tout en prenant la précaution de rester hors du champ de pleine efficacité de l’arme à impulsion.

-Hmm, tout ce qui est sûr c’est que cette fois-ci je ne te laisserais pas approcher de ton vaisseau. Et puis tu sais… Je ne suis pas presser, tu peux bien me rembourser en nature.

-Quoi ?

-Je suis sûr que beaucoup de gens paierait chère pour avoir la possibilité de t’humilier et te torturer. Je suis sûr que tu as le potentiel à toi toute seule d’entretenir un bon petit business, enfin, jusqu’à ce que tu crève après de long mois d’agonie.

-J’hésite… Il y a des sucettes Nymaco dans ton club de vacance ?

-Crois-moi tu vas découvrir beaucoup de nouveau parfums !

-Cool !

-Toujours cet aplomb incroyable… Les gars Attachez-là on l’embarque.

Deux sous-fifres s’approchèrent d’elle et lui prirent son arme. Ensuite l’un d’eux lui fit passer les bras dans le dos et les attacha ensemble avec de très lourdes menottes électroniques. Tendis que l’autre infligea le même traitement à ses jambes, avec cependant des menottes, certes aussi lourdes, mais diviser en deux parties reliés par un rayon magnétique dense lui permettant de marcher mais très difficilement.

Cependant, dans le souci d’être la plus exaspérante possible, Melody réussit à sautiller malgré le fait que son poids venait de doubler.

-Pff ! Un vieux modèle j’en avais des mieux à Fort Nox ! Fit-elle en soupirant.

Cette déclaration fit s’élever des murmures parmi ceux qui la tenaient en joug. Mais le Ferrailleur y mit un terme.

-Elle n’est jamais aller à Fort Nox, ne vous laissez pas avoir bande de cons.

(Fort Nox est la plus grande et la plus surveillé des planètes prisons. On dit que seuls les plus dangereux psychopathes de l’Univers y sont enfermés, sans aucune possibilité d’en sortir jamais. Là-bas, on purge sa peine puis on est exécuté.)

-Tiens donc ? Tes hommes aurait-ils peur de ceux qui reviennent de Fort Nox ?

Nouvelle déclarations, nouveaux murmures.

-On aura besoin de sa langue plus tard mais pour l’instant fermez-lui sa grande gueule.

-Tiens en parlant de langue, je sucerais bien une bonne grosse… Lança-t-elle avant de se retrouver avec un bandeau très serré sur la bouche.

-La suite, la suite !! Hurla le deuxième visage qui semblait s’impatienter.

Le Ferrailleur attrapa de son immense paluche, la tête de Mel et l’écrasa violement contre la porte transparente. Elle avait pleine vu sur le parking géant qui était en réalité 95% de la surface de la plaque. Les cinq pourcent restant étant occupé par le bar et le « dôme » électro-isolent qui le protégeait du vide et lui permettait d’avoir une atmosphère respirable (pour la plupart des espèces).

-Nous allons voir maintenant si tu garde ton sang-froid après le petit cadeau que je t’ai préparé.

Le KMK-7 était là parmi les quelques autres vaisseaux des clients du bar qui n’était pas très nombreux ce soir là. Melody reconnu également, l’immense croiseur du Ferrailleur, reconnaissable entre mille par la fresque de sa coque représentant une femelle siamois courtement vêtue. Celui-ci n’était pas poser sur la plaque, il en était plutôt éloigné et en état stationnaire.

Son capitaine sortit un petit communicateur et envoya des ordres à son équipage, tout en s’assurant que Mel ne puissent pas rater une miette du spectacle.

-C’est bon les gars allez-y ! Fit-il puis il lança le communicateur qui tomba au sol. Il s’emblait impatient.

D’aussi loin Melody ne pouvait pas très bien voir ce qu’il se passait, mais il semblait qu’un énorme canon sortait de sous le croiseur. Celui-ci commença à émettre de la lumière, comme s’il se chargeait.

-Dit bonjour au canon Crazy-Nigthmare, ma toute dernière trouvaille ! Il peut détruire absolument n’importe quoi.

En effet, l’intensité de lumière qui entourait la gueule de l’imposante arme était impressionnante. Melody écarquilla les yeux devant la vitre, impuissante. Elle savait qu’il était déjà trop tard pour qu’Aya l’évite en décollant maintenant.

Quand le canon fut pleinement chargé il tira un immense rayon destructeur droit vers le relativement chétif KMK-7 de Melody. Le croiseur eu même un peu de mal à encaisser le recul dû au tir ! S’en suivit une immense explosion. Le rayon réduisit en miettes enflammées le vaisseau qu’il percuta.

Melody resta une seconde immobilisé par le choc puis des larmes commencèrent à couler sur ses joues. Ses jambes ne tardèrent pas à la lâcher et elle tomba à genoux devant le désolant et morbide spectacle…

>>00h00<<

A suivre !

Level 4-2 :

in your face !!

>>KMK-7, passerelle, 23h 58<<

Fin du mode RAC dans 5, 4, 3, 2, 1…

-Rebonsoir gamin !

-Euh… Ou… Oui, Je suis désolé pour tout à l’heure je…

-C’est tout ?! (Aya prit soudain des mimiques de petite fille timide, ce qui ne lui allait pas du tout.) Maintenant que tu m’a vu toute nue… nous allons devoir vivre ensembles jusqu’à la fin de nos jours…

-Quoi ? Mais non euh… je n’ai rien vu… je…

-Imbécile ! Tu m’étonne que Melody se marre avec toi ! Aya avait reprit son ton « naturel » et éclata de rire.

Xenon mettait du temps à comprendre ce qui était bien et ce qui ne l’était pas en présence de filles. Mais il faut dire qu’on ne lui facilitait pas la tâche. Par contre ce qu’il avait bien compris c’est qu’il était trop crédule et cela l’agaçait profondément.

-Bon allez il y a plus important ! Fit-il en détournant le regard tout en essayant de se forcer à ne plus rougir.

-Ah ?

-Melody vient de se lever. Je ne la vois plus.

-Elle a finit son entretient ?

-Apparemment… Le gars à qui elle parlait s’est euh… « Endormis » d’un seul coup.

-Ah… Et bien c’est qu’elle doit se dirigé vers la sortit on va la voir sortir d’ici peu de temps.

-Oui, mais il faut quand même rester prudent. Elle m’a dit que si elle restait hors de ma vu pendant cinq minutes nous devront intervenir.

-T’inquiète pas pour elle va.

>>KMK-7, passerelle, 23h 59<<

Un signal d’alerte se fit entendre.

-Xenon ! On a un problème !

-Quoi ?

-Un croiseur vient d’apparaitre sur les radars. Il était camouflé jusque-là !

-Et alors ?

-J’en sais rien mais il est en train de charger une immense quantité d’énergie ! Ca sent pas bon ! Je le mets sur l’écran principal.

-Attend un peu ! Mais c’est nous qu’il vise !! S’affola le garçon.

-Bordel ! On n’est pas dans la merde ! C’est le vaisseau du Ferrailleur !

-Qui ?

-Un méchant ! Il faut qu’on se tire !

-Trop tard il va tirer !

-Nom d’un… !

>>Level 4-1 Bar, 00h00<<

Quand le canon fut pleinement chargé il tira un immense rayon destructeur droit vers le relativement chétif KMK-7 de Melody. Le croiseur eu même un peu de mal à encaisser le recul dû au tir ! S’en suivit une immense explosion. Le rayon réduisit en miettes enflammé le vaisseau qu’il percuta.

Melody resta une seconde immobilisé par le choc puis des larmes commencèrent à couler sur ses joues. Ses jambes ne tardèrent pas à la lâcher et elle tomba à genoux devant le désolant et morbide spectacle…

Tel une pluie métallique les débris carbonisés du croiseur du Ferrailleur s’écrasèrent, attirés par la gravité artificielle de la plaque.

A force de se tortiller au sol Melody desserra son bandeau qui se détacha et son rire emplit les oreilles de ses adversaires désorientés ! Elle en pleurait tellement elle trouvait cela hilarant !

Le siamois qui ne comprenait plus rien se ressaisit et attrapa Melody par le col de sa combi.

-Bordel !! Mais qu’est ce que c’était que ça ?!!

-Merci pour le spectacle ducon ! J’avoue, j’aurais été déçut de rater ça !

Il l’a saisi par le cou à présent. Ses pupilles se rétrécir en même temps que les voie respiratoires de la mécanicienne. Le deuxième visage, voyant à présent le massacre, était en train de crier des choses incompréhensibles. Un peu comme les hommes du Ferrailleurs qui était complètement paniqués.

-Tu va répondre salope !?

-Désolé, huh, on m’attend je crois…

-Hein ?

-Je t’aime public adoré !!

A ces mots la toiture du bar explosa et un grappin perça la fumée pour venir agripper Melody qui s’envola aussitôt et disparut dans la carcasse du KMK-7 intacte.

Une fois qu’il eu calculé le fait qu’il ne la tenait plus, le pirate ne put qu’hurler sa colère. Les veines de son front semblaient sur le point d’exploser et ses yeux voulaient poursuivre Melody dans l’espace.

-Je t’aurais un jour ! JE T’AURAIS !!!!!!!!!!!!!

Mais le KMK était déjà passer en hyper-vitesse !

>>KMK-7, 00h01<<

-C’est bon elle est à bord, on se barre !

-Incroyable ! Juste génial !! Criait Xenon.

-Ouais t’as raison ! Là y’a du professionnel ou je ne m’y connais pas ah ah ! Bon il faut aller chercher l’autre tarée elle doit être dans la salle des machine, au stock de marchandise.

-J’y vais !

Xenon traversa le couloir en quatrième vitesse et ouvrit la porte de la salle des machines (chose qu’il n’avait jamais faite d’ailleurs). Cherchant Melody du regard il ne fit pas attention à toutes les machines étrange que la pièce contenait.

Il retrouva la pilote assise, une scie laser à la bouche en train de découper ses poids. Il se posta devant elle en conquérant.

-Et bien ! Qu’est-ce que tu ferais sans nous ?

Ses jambes libres elle cracha la scie aux pieds de Xenon et lui lança un regard méprisant.

-Du trampoline avec des porcs. Lâcha-t-elle.

-Hein ?

Elle lui souri et se retourna lui faisant signe de lui couper ses menottes. Xenon prit la scie et suivit les instructions de Mel car il n’avait jamais manipulé un outil de ce genre.

-Accessoirement sans les améliorations maison que j’ai opérée sur le bouclier réflecteur du vaisseau vous auriez été réduit en cendre ! Vu la puissance de l’attaque n’importe quel bouclier de se genre aurais été transpercé comme du papier. Tu aurais vu la tête de se trouffion de Ferrailleur ! On aurait dit qu’elle allait exploser ! Elle éclata de rire.

Une fois libérée Melody se rendit sur la passerelle pour donner ses instructions de navigation à Aya. Xenon lui, fut regagner par la fatigue et alla se coucher dans sa chambre.

Avant de faire de même Mel consulta le rapport d’Aya et prit une douche.

Level 4-3 :

Euh…

Le lendemain matin

-Non non pas de problème, c’est juste que la défalcation des flux-ressources principaux du terminal sigma-alpha fait que le système à encore du mal à rediriger les arachs vers le cylindre. Mais je pense que ça devrait rentrer dans l’ordre d’ici une douzaine d’heures.

-Ok, Bon pas trop grave ça, on n’est pas à la minute. Et qu’en est-il du B.R. ?

-Il a lui aussi du mal à s’en remettre. Il ne faut pas compter dessus avant au moins 24 heures. Le temps que toutes les sécurités se repositionnent. Et puis pareil, ça prendra d’autant plus de temps que sans les arachs à 100% fonctionnels…

-Je sais, je sais fiouu… Bon allez pause !

Melody attrapa une Nymaco et s’enfonça dans son siège.

-On a quand même eu pas mal de chance…

-Ta ta ta ça ne risquait rien c’était « made in » moi !

La porte s’ouvrit et Xenon entra, un space-cake (genre de galette bleue ronde et épaisse d’une quinzaine de centimètre de diamètre) à moitié mangé à la main (son petit déjeuné préféré.).

-Salut !

-Salut gamin !

-Bonjour Xenon.

Il s’assit sur son fauteuil et observa les écrans de contrôles, il avait appris les rudiments du pilotage et s’entrainait régulièrement à tester ses connaissance en essayant de déchiffrer la multitude d’information qui se trouvait autour de lui.

-On va vers… 45332 : 25888 : 21 Z3… Z ?! On va changer de galaxie ?

-Bien vu ! On quitte Alia pour Zarta.

Xenon croqua dans son space-cake.

-Et ça se passe comment ce genre voyage ?

-…*slurp* Hmm demande à l’encyclopédie, tu ne vois pas que je suis en pleine pause Nymaco ?

-Oups pardon ha ha. Aya ? Tu peux me donner la page Manapedia du voyage intergalactique ?

-Mais bien sûr mon chéri !

-Il s’est passer un truc entre vous non ? fit Melody en lançant un regard plein de suspicions au garçon.

-M… Mais pas du tout ! Je ne vois pas de quoi tu veux parler !! Cria Xenon en détournant le regard vers l’écran en ayant l’air plus impatient que jamais que la page s’affiche.

-Tant que tu n’en mets pas partout je m’en fout moi…

Xenon lança un regard affolé vers Melody qui le regardait toujours avec ses yeux à moitiés fermés.

-M… mai… mais de quoi tu parle au juste ?!! Balbutia-t-il.

-Ha ha ha ha !

Melody ferma les yeux et poursuivit sa « Pause Nymaco » en silence.

-Voila ton encyclopédie mon p’tit chou.

Aussi rouge que la veille, Xenon croqua à nouveau dans son space-cake et se plongea dans sa lecture sans ajouter quoi que se soit.

Manapédia

Le guide du voyageur qui n’en foutait pas une à l’école !

 

Le voyage intergalactique :

Besoin de prendre le vide ? Tu en a marre du quotidien ? Alors le voyage intergalactique est pour toi !

Et oui car il faut savoir que chaque galaxie est à son propre espace-temps et donc elles sont toutes légèrement différentes les unes des autres. Vous en rencontrerai en plus plein de nouvelles choses !

Mais attention ! Un voyage intergalactique ce n’est pas un truc que tu peu bricoler dans ton jardin ! C’est du sérieux ! Si tu ne veux pas être désintégrer tu devrais prendre un billet pour passer par la Supra Galactik 1 (SG-1) ! Cette compagnie impériale est la seule spécialisée dans le voyage intergalactique. Elle te permettra de rejoindre n’importe laquelle des sept galaxies sous contrôle de l’Empire Arkanodien !

Pour rappel, si vous essayer un voyage intergalactique non sécurisé, vous avez quartes chances sur cinq d’être automatiquement réduit en poussière !

Manapedia

Xenon finit son space-cake.

-Et bin… quatre sur cinq ? C’est pas de la rigolade !

-Mouais… Fit Melody, toujours avec sa sucette à la bouche.

-Comment ils font à la SG-1 ?

-Sais pas.

-Vous n’avez jamais changé de galaxie ?

-Si, de nombreuse fois !

Xenon compris rapidement ce que cela voulait dire. Il soupira puis s’allongea confortablement dans son siège qui bascula un peu en arrière.

-C’est vrai que quatre chance sur cinq ça veut dire une chance sur cinq pour y arriver. C’est suffisant après tout…

Melody esquissa un grand sourire et tendis son bras pour attraper une Nymaco. Elle la lui lança.

-On va finir par t’appeler Xenon Nekima un de ces jours ! Ha ha ha !

Xenon attrapa la si sucrerie si convoitée et la déballa précautionneusement avant de l’enfourner avec bonheur.

-Et euh… Qu’est ce que l’on attend pour changer de galaxie ?

-Nous devons nous excentrer au maximum de la galaxie d’Alia avant de pouvoir en sortir.

-Je vois… C’est pour ça que l’on est toujours en hyper vit…

Tout à coup Xenon et Melody furent littéralement éjectés de leurs sièges et allèrent s’écraser violement contre la vitre du cockpit.

Aya électrocuta Mel pour lui faire reprendre ses esprits puis cette dernière gifla Xenon pour la même raison.

-Bordel de putain de connerie de saloperie de merde !!! S’égosilla Melody en essayant de nager vers son siège tout en rattrapant au passage sa Nymaco avec les dents.

-Mais qu’est-ce qu’il se passe ?! On vole !

-Hi hi, plus exactement vous flottez. On vient de traverser un champ de stase.

-Un quoi ?

-Tu ferais mieux de te dépêcher de regagner ton siège, je rétablie la normal dans cinq secondes.

-Hein ?

*BING !* Xenon tomba la tête la première sur le tableau de bord et roula jusque dans la boite de Nymaco. Melody le repêcha immédiatement et le balança dans son siège.

-Le responsable de tout ça je vais le tuer ! Non ! D’abord, je vais lui casser toute les dents et après je vais le tuer je vais vraiment le tuer ! Fit Mel en se déshabillant pour enfiler sa combinaison de combat.

Xenon repris lentement ses esprits.

-Mais… Qu’est-ce qu’il se passe ?

-Un champ de stase est un genre de filet spatial géant, tout vaisseau qui le traverse est immédiatement pris dans un cocon de stase et s’arrête automatiquement. Ca à couper les moteurs, à casser notre élan et a désactivé, entre autre, le générateur de gravité artificiel et… Aaah ! Mel !! MEL !!!

-Quoi ?!

-Trois C.H.S. (Croiseur Hyper Spatial) douze Am (Amiraux) et cinquante cinq milles trois cent trente trois Chasseurs ennemis, tout autour de nous !

-O.O ?

Level 4-4 :

Maleficus Makina Of the dead !!

-Un champ de stase est un genre de filet spatial géant. Tout vaisseau qui le traverse est immédiatement pris dans un cocon de stase et s’arrête automatiquement. Ca a couper les moteurs, a casser notre élan et a désactivé, entre autre, le générateur de gravité artificiel et… Aaah ! Mel !! MEL !!!

-Quoi ?!

-Trois C.H.S. (Croiseur Hyper Spatial) douze Am (Amiraux) et cinquante cinq milles trois cent trente trois Chasseurs ennemis, tout autour de nous !

*Silence*

-euh… Ouais ? Pourquoi pas ?

((Déchirement spatiotemporelle : [Melody] Mana ! Tes sûr là ?!! [Manael] Euh… Ouais ? Pourquoi pas ? [Melody] … Pas faux : Retour à la normal))

Melody vînt se rassoir poliment sur son siège, elle détacha ses cheveux et se décoiffa puis elle ouvrit le haut de sa combinaison, mis en valeur sa poitrine en la surélevant avec son bras. Ensuite elle demanda à Aya de commencer la transmission du message.

-Oooh… S’il vous plait messieurs aidez-moi… Je me suis perdu…

Xenon était atterré par ce qu’il voyait. Aya apparut sur un écran discret à côté de lui.

-C‘est le plan d’urgence… C’est pour gagner du temps pendant le chargement du bond spatial qui risque de nous détruire les moteurs auxiliaire mais nous permettra de fuir rapidement. Mais ce que Melody ne sais pas c’est que le système PRL est complètement hors service depuis hier…

-Mais on va mourir ?!

-C’est bien partit pour ah ah !

-Eh ! Aya ?

-Voui ?

-Pourquoi le monsieur sur l’écran il est tout moche et il bave ?

-Tes seins sont certainement les plus belles choses qu’il ait vu et il est mort…

-Tu crois que je peu tuer des gens avec mes seins ?

-C’est fous tous les trucs que tu peu faire avec hein ?

-Enfoiré d’IA ! Tu compté me le dire quand ?!

-Ah ah ah !

Xenon ne comprenait plus rien. Mel réenfila sa combinaison.

-Bon alors combien ?

-Zero.

-De quoi parlez-vous ?

-Il n’y a pas le moindre signe de vie dans n’importe lequel de ces vaisseaux.

-Nyaaa !

-Apparemment c’est le deuxième bataillon de la flotte impérial d’Alia !

-Qu’est ce qu’ils foutent là ?

-Ils devaient vouloir intercepter quelque chose mais ça à mal tourner…

-La vache comment ça peu mal tourner avec une puissance de feu pareil ?

-Une attaque biologique peut-être ?…

-Je vais aller voir !

-Quoi ?! T’es malade ?

-C’est bon je vais utiliser la combi H.O.T.D. (Hostile Organic Territory Discovery)

Melody se leva et sortit de la pièce. Xenon hésita quelques secondes puis la suivit, ignorants les avertissements d’Aya.

Il rejoignit Mel dans sa chambre. Elle était en train d’attraper sa combinaison d’exploration dans son placard.

-Je veux venir ! Dit-il en entrant dans la pièce d’un air décidé.

-Fait pas l’idiot gamin c’est trop dangereux !

-Dangereux ? Depuis quand tu te soucie de ça ?!

-Pas faux… Enfin bon si tu crève en venant c’est ton problème… Tu as une combi H.O.T.D. Dans ta chambre. Je te l’ai acheté dans un équipementier d’Uthosiens, elle devrait être à ta taille normalement.

Sur ordre de Mel, Aya fit entrer le vaisseau à l’intérieur du C.H.S. le plus proche. Elle se posa au milieu du hangar à chasseur vide. Le sas s’ouvrit et Melody sortit accompagner de Xenon Tous deux une Nymaco à la bouche. La mécanicienne fit tourner sur son doigt un magnifique pistolet chromé, qui ne ressemblait pas du tout à son arme habituel, et le fit habilement tombé dans un fourreau adapter, à sa ceinture.

-C’est quoi cet arme ? Demanda l’enfant.

-Get down !! Cria Melody en dégainant et pointant son arme vers lui.

Xenon eu le reflexe de se baisser même s’il n’avait pas saisis ce qu’elle avait dit.

-Ah ah ah ! Desert Eagle Mark XXX amélioré par mes soins. Une arme d’origine terrienne. Elle est lourde et difficile à maitriser, mais elle fait de très gros trous !

-Et ton pistolet à impulsion ?

-Snif ! Ne m’en parle pas !! Je l’ai laissé au bar hier… Il va falloir que j’en rachète un et que je le re-personnalise… Mais bon ! Heureusement j’ai cette arme de rechange ! C’est en quelque sorte mon Joker, normalement je ne le sort que pour les grandes occasions ah ah !

-Je passe en mode siège, au cas où.

-Bonne idée ! Viens par là gamin !

Une fois les deux explorateurs suffisamment à l’écart, Aya enclencha le « mode siège ». Le KMK-7 entama alors une transformation. Il se fixa au sol, se suréleva, plusieurs partie du vaisseau changèrent de places et toutes les armes extérieurs sortirent de leur trappes.

-Mon cher Xenon, je te présente ma forteresse imprenable !

-Incroyable !!

Puis le tout disparut sous un camouflage parfait.

-Bon bah… C’est partit !

Melody se retourna et marcha d’un pas décidé vers la sortit du hangar, suivit de près par Xenon. Ce dernier n’était pas rassuré, en effet c’était au travers d’une véritable hécatombe qu’ils progressaient. Des cadavres en décomposition de mécaniciens impériaux parsemaient le sol et encombraient les escaliers. Melody, elle n’y prêtait pas plus attention que ça et dégageait violement tout ce qu’il se trouvait sur son chemin. Ce qui attira son attention c’est qu’il n’y avait aucune trace de lutte, aucune arme au sol et aucun impact sur les parois métalliques. La thèse de l’attaque biologique se confirmait, cependant le fait que les centaines de milliers de militaires de toutes les races et toutes les espèces soient morts en même temps dans plusieurs milliers de vaisseaux en même temps restait complètement fou ! Les cadavres emplissaient également les artères du croiseur. Ils devaient être en alerte, tous le monde devaient courir dans tous les sens avec toutes sortes d’ordres différents. Melody avançait prudemment, vérifiant constamment que Xenon était à ses côtés ainsi que ses arrières. Elle entrait en première dans les nouvelles salles, s’assurait qu’il n’y avait rien a signalé et faisait signe à son coéquipier de la rejoindre. Il faut également préciser qu’ils évoluaient dans la pénombre absolue, heureusement les combinaisons H.O.T.D., en tant que combi d’exploration de territoire hostile, était extrêmement bien équipés. Tous d’abord elles sont bien entendue totalement hermétique et inattaquable, que se soit organiquement qu’électroniquement. Rien ne peu entrer à l’intérieur ni corps étranger, ni virus informatique. (Il est en effet possible d’enregistrer un virus informatique sur des nano-machines contenus dans l’air, celle-ci attaquent la coque de la combinaison et viennent intégrer le virus aux programmes sources de ses systèmes, chose que Melody a déjà sut exploiter par le passé.). Elles sont également munies des meilleurs systèmes d’éclairage, notamment sur les mains pour éclairer ce que l’on vise, avec une multitude de possibilités de l’éclairage large à la découpe laser par concentration de faisceau à très haute intensité.

Pendant que Melody s’occupait de l’exploration, Xenon consultait l’écran de son bras droit qui servait de détecteur de mouvement dans un très large périmètre autour d’eux. Mais il n’y avait, semble-t-il, strictement rien. Le garçon ne pouvait s’empêcher de se demander comment Melody pouvait, sans aucun plan et dans la relative obscurité, se repérer. En effet elle n’hésitait à strictement aucun embranchement, pas même ceux mêlant plus de deux possibilités. Au bout d’un moment, alors que sa sucette indiquait qu’ils marchaient depuis un quart d’heure, il finit par le lui demander.

-Mel ?

-Tu à détecter un truc ?

-Euh non ! Toujours rien.

-Alors quoi ?

-Je me demandais… Tu as vraiment l’air de connaitre l’endroit ! Ne me dis pas que tu improvise, je ne te croirais pas.

-Et tu aurais raison. J’ai bossé pendant quatre ans comme mécano sur un de ces joujoux alors évidement ça laisse des souvenirs.

-Quoi ? Tu as travaillé pour l’empire ?! Alors que tu le déteste tant ?! S’étonna Xenon.

-Et ouais ! Je venais de me barrer de chez moi et j’avais besoin d’argent. En tant que terrienne ce n’était pas facile de trouver un job. Mais si l’empire à bien une qualité c’est que pour l’armée il ne fait pas de discrimination. Complètement à la masse financièrement et en manque de matériel pour finir la version beta de l’Aya Système, je me suis présenté au concours de mécanique et j’ai fini première de ma promotion. A l’époque je n’étais pas une criminelle donc j’ai été reçut avec les honneurs et affecté à un croiseur hyper-spatial, j’avais tous le matos dont je pouvais rêver.

-Je n’y aurais jamais pensé.

-Bah tu sais je suis certes la meilleures en tout, mais sans ce boulot j’aurais surement mis un peu plus longtemps à développer mon propre matériel. Sur ma planète j’étais doué avec une clé à molette et la version alpha de l’Aya Système. En sortant de ce boulot j’étais devenu une professionnelle en technologie militaire et j’ai put finir la première version munie d’une vrai IA d’Aya.

-Et comment se fait-il que tu as quitté ce boulot ?

-Ils ont finit par découvrir les plans du KMK-7. J’ai été considéré comme une traitresse car j’utilisais la technologie militaire à des fins privés. J’ai réussit à me tirer avant de me faire exécuter ah ah !

-Il s’appelait déjà KMK-7 ? Il n’y a pas eu de KMK-1 ?

-Bien sûr que si mais il n’est pas à moi. Nous somme mécanos de père en fils dans ma famille. Mon père à construit le KMK-6 et comme je n’ai pas de frère, j’ai fabriqué le n°7 logique.

-Vu comme ça… Et bien c’est la première fois que tu te confie autant !

Melody se sentis rougir en se rendant compte que cette remarque était vrai.

-Et bien… Oh ! On est arrivé ! Feinta l’exploratrice en chef.

-Où ça ? Interrogea son second.

-Et bien mon cher Pr Livingstone, nous voici devant la porte de la passerelle de cette vieille carcasse !

Elle commanda l’ouverture avec la commande murale et se plaqua au mur. Une fois l’ouverture terminée elle se plaça dans l’encadrement de la porte et pointa son Desert Eagle dans toutes les directions. C’était la pièce la plus grande et la plus morbide de toute ! Elle se présentait sous la forme d’une grande salle ronde au centre de laquelle se trouvait la table tactique ainsi que tous les écrans nécessaire au commandant pour suivre le déroulement des opérations qu’il dirige. Ici aussi, tous le monde était mort. Le degré de décomposition des cadavres était tel que les capteurs de toxines contenues dans l’air s’affolaient. Xenon eu envi de vomir mais sa combinaison lui injecta instantanément un inhibiteur qui régla le problème avant qu’il n’ait le temps de rendre son space-cake.

Melody, elle, resta tout aussi insensible que précédemment et entra. Elle se dirigea vers la table tactique et orienta Xenon vers un tableau de contrôle pour voir s’il parvenait à le démarrer d’une quelconque façon. Mel attrapa la tête du commandant, qui devait être l’amiral de la flotte vu ses décorations. Elle le regarda de plus près par curiosité, peut-être le reconnaitrait-elle, mais l’œil qui restait à ce tas de viande avarié se détacha et lui tomba sur le pied. Puis se fut le tour de sa mâchoire inférieur qui arracha dans sa chute une grande partie de la gorge de l’amirale dont les artères putréfiées avait viré au vert… « Non je le connais pas celui-là vu sa gueule de déterré je pense que je m’en rappellerais ! » se dit-elle.

-Touche pas aux corps gamins, faudrait pas que tu sois plus rapide que ton inhibiteur !

-Euh… Je n’en avais pas l’intention de toute façon…

Melody découpa au laser le flan de la table tactique pour essayer de trouver la boite noire qui lui donnerait les informations qu’elle cherche. Elle avait déjà due bricoler dans une de ces tables, elle savait donc où chercher. Elle déconnecta précautionneusement la boite, elle semblait intacte. Elle se releva et interpela Xenon.

-Eh ! Tu t’en sort ?

-Non, rien ne marche…

-C’est pas normal ! Toutes les passerelles de C.H.S. ont un système de batterie interne qui se recharge automatiquement et de manière autonome en créant sa propre énergie.

-Ouais bah là… C’est H.S.

-Je pari que tous le monde pensait que c’était moi qui allais la sortir celle-là !

-De quoi tu parle ?

-Ah ah ah laisse tomber !

Soudain toutes les lumières s’allumèrent d’elle-même. Instantanément Mel sortit son arme et ordonna à Xenon de la rejoindre.

-Tu vois du mouvement ?

Xenon regarda son capteur et lui répondit par la négative.

-Qu’est-ce que c’est que ce merdier ? Fit Melody en scrutant toute la pièce. Appel Aya ! Demande-lui si elle a remarqué quelque chose.

Xenon s’exécuta mais Aya lui répondit que de son côté rien avait changé, aucune lumière, aucun mouvement.

-Peut-être que ton fameux système de batterie interne s’est mis en route ? Tanta Xenon.

-Peut-être… Répondit Mel qui ne semblait pas du tout convaincue. Normalement ça n’alimente que les ordinateurs. Ajouta-t-elle.

Puis, avant qu’ils n’aient eu le temps de faire quoique ce soit, ce fut au tour de l’écran principal de s’allumer. Une très longue série de codes informatiques complexe défila rapidement. Au bout d’un moment Melody s’insurgea.

-Qu’est ce que c’est ça ?!!

Elle fit sursauter Xenon qui s’empressa de demander une explication.

-Ces codes ! Ce sont les codes sources de l’Aya Système !

-Hein ?!

-Plus exactement de la version 2 ! Celle que j’ai… Son regard tomba sur Xenon. Impossible !! Hurla-t-elle.

Un grand hologramme apparut au dessus de la table tactique.

-Tiens donc ! Comme on se retrouve !

Aya venait d’apparaitre.

-Comment ce fait-il que tu sois là ?

-Tu croyais vraiment pouvoir me détruire avec cette bombe ? Je n’ai eu qu’a a la désactiver !

Xenon ne disait rien, il ne comprenait pas grand-chose mais vu l’expression sur le visage de Melody ce n’était certainement pas l’Aya qu’il connaissait.

-Mais bordel qui tu es à la fin ?! Et je t’interdis d’utiliser mes codes comme base !

-Ah ah ah ! Je ne crois pas que tu sois en mesure de m’interdire quoique ce soit, terrienne ! De plus je n’aurais pu espérer de meilleur hôte que ton unité centrale pour me développer. Tu l’a plutôt bien conçut félicitations.

-Mel qu’est-ce-que ça veut dire ? Intervînt finalement Xenon.

-Le jour où je t’ai sauvé tu été accompagné d’un virus informatique très coriace qui à failli me tuer. Je croyais m’en être débarrassé !

-Ah ah ah je vois que tu n’a pas bien comprit tous ce qu’il s’est passé durant notre dernière rencontre… Bref ! Aucune importance car cette fois-ci je vais vraiment vous tuer !

-J’aimerai bien voir ça !

-Mel !!

-Quoi ?

-Je détecte des mouvements dans toutes les directions !

-J’allais y venir ! Ca fait un peu redit de vieux films mais je suis à même de contrôler ces cadavres, et il suffit qu’il vous fasse une égratignure pour vous transmettre les neurotoxines qui vous transformeront un de mes esclaves ! Arriverez-vous à vous enfuir indemne ? Bonne journée Ah ah ah ah !!

Tous les militaires décomposés se redressèrent tant bien que mal en poussant une plainte purement mort-vivante.

-Ah oui je précise, le côté zombi c’est juste pour le fun, je trouve ça plus amusant. Un de tes programmes me donne un humour malsain j’y peu rien.

-Xenon ?

-Oui…

-ON SE CASSE !! Firent-ils d’une même voix.

Mais la porte se referma avant qu’ils ne puissent la traverser. Melody fit signe à Xenon de la faire sauter avec son pistolet à impulsion. Il n’hésita pas une seconde et la porte fut littéralement défoncée. Melody retint Xenon qui aurait put être soufflé par l’impulsion. En même temps elle fit exploser le crâne de deux mort-vivants qui se rapprochaient un peu trop. Seul problème, ils ne s’arrêtaient pas pour autant !

Les quelques zombis qui furent repoussés par la porte étaient déjà en train de se relever. Mel en Xenon s’engouffrèrent dans le couloir et coururent aussi vite qu’ils le pouvaient. Melody pris la tête au premier embranchement mais prenait soin de s’assurer qu’il la suivait toujours de près.

Devant eux, une porte blindée commençait à se refermer. Mel attrapa Xenon par le bras et le balança en avant puis elle fit une glissade. C’est sur le bruit de l’écrasement des os crâniens d’un des zombis que se referma l’importante masse de métal, Melody était passé in extremis…

Ils reprirent leur course immédiatement. Xenon avait dégagé le terrain en tirant un peu partout pendant que Mel se relevait.

La droite de l’écran de son casque se mis à clignoter. Melody pris l’appel d’Aya.

-Les lumières viennent de s’allumer ici ! Et je détecte du mouvement.

-On est en plein dedans !! Tire sur tous ce qui bouge ! On arrive !!

-Pas de problème ! -Communication interrompue-

Un peu plus loin une nouvelle porte blindée était en train de se refermer. Mais cette fois-ci c’était impossible de passer à temps ! Melody attrapa rapidement un des vingt explosifs-collant portatifs dont était équipée sa combinaison d’exploration, l’arma et l’envoya sur la porte. Cela détruisit le mécanisme et le bloqua juste avant qu’elle ne se ferme et fit exploser les quelques zombis qui se trouvaient là dont les visèrent vinrent les éclabousser avant qu’ils ne passent sous la porte.

-Bordel ! Ca va pas, on ne passera pas la prochaine à se train là ! Cria Melody.

-Alors il faut aller plus vite !

-Ok si tes petites jambes n’arrivent pas à me suivre dis-le-moi !

Melody accéléra alors Xenon fit de même mais il avait des difficultés à la suivre, elle courrait beaucoup plus vite que lui alors il sprinta de toutes ses forces. Cependant l’un des zombis que Melody bouscula tomba aux pieds de Xenon et ce dernier ne put l’éviter et il trébucha. Le mort-vivant lui attrapa la jambe et commença à le mordre. Heureusement sa dentition humaine était loin de pouvoir attaquer la combinaison. Les autres zombis arrivaient vers lui. Il était entouré, tétanisé par la peur et l’horreur il n’arrivait pas récupérer son arme qui était tombé de ses mains et avait glissé plus loin. Il entendit alors deux coups de feu. Les Zombis debout derrière lui explosèrent recouvrant la combinaison du garçon d’une cascade d’organes putréfiés. Il vit alors le Desert Eagle poser son canon sur le crâne de celui qui lui mordillait la jambe. Il fut réduit en miette. Melody souleva alors Xenon et le posa sur son épaule. Melody attrapa le pistolet à impulsion et repartit en courant vers la sortit sans dire un mot en écrasant au passage un bras arraché qui se trainait vers eux.

Xenon et surtout sa combinaison étaient particulièrement lourde pour Melody, elle courrait moins vite qu’auparavant. Quand ils atteignirent la porte blindée suivante, elle était déjà fermée. Xenon, impuissant était rongé par la culpabilité. Mais Melody s’en doutait et elle se chargea de le rassurer.

-T’inquiète surtout pas gamin ! On y est presque, ce n’est pas un bout de ferraille qui va nous arrêter. Mais je vais avoir besoin de toi, tu te sens d’attaque ?

-Oui.

Elle reposa Xenon au sol et lui donna son pistolet à impulsion.

-Je vais miner la porte, toi tu sécurise la zone, il faut au moins dix mètres.

Elle lui montra où se placer et lui donna l’ordre de repousser tous ce qui arrivait mais de ne pas trop abimer les murs pour éviter d’élargir le passage. Et de se servir de ses pieds contre les petits morceaux.

-T’inquiète si tu as un problème, je suis juste là ok ?

-Ca marche fais-moi confiance !

-Parfait !

Melody repartit vers la porte et commença à coller des explosifs aux endroits stratégiques. Les mort-vivants étaient lent, mais nombreux, très nombreux… Xenon réussit à les maintenir éloignés mais à chaque fois qu’il tirait il les multipliait. Toutes les parties capables de ramper le faisaient, mais quand elle n’était pas piétinée, elle faisait trébucher les zombis qui arrivaient. Au final Xenon constata qu’il parvenait plutôt bien à les contenir. Mais un nouvel imprévu survint alors.

-Mel !! J’entends un truc !

Melody se retourna, elle venait de poser la dixième charge. Elle vit le paquet de zombis que Xenon gardait habilement à l’écart et remarqua des bruits de pas très rapides, lui rappelant Gerald, qui venait d’encore plus loin. Soudain le paquet rampant explosa et un énorme gephen zombi, qui n’avait pas perdu sa rapidité, fonça vers Xenon. Il tira mais cela fut sans aucun effet.

-Dégage-toi sur le coté ! Cria Melody. Xenon se jeta à terre.

Elle sortit alors sont Desert Eagle et tira vers le gephen pour qu’il continu sa course vers elle sans attaquer Xenon. C’est ce qu’il fit ses tentacules frétillaient il avait l’intention d’embrocher la pilote avec ses mandibules aiguisées comme des rasoirs.

Xenon la voyait déjà couper en deux.

-Non !! Hurla-t-il.

Au tous dernier moment Melody fit tourner la sucette dans sa bouche en souriant et pris appuie avec ses mains sur la longue tête du gephen et se projeta en avant en s’aidant de ses jambes contre la porte. Le monstre s’écrasa contre cette dernière qui explosa instantanément. Melody, à peine un mètre de l’explosion, fut violement projetée en avant et dépassa Xenon en une série de cabriole puis une longue glissade qui se termina dans les morceaux de cadavres.

Xenon se releva et couru vers elle. Elle avait l’air gravement touché, sa combinaison était à moitié carbonisée. Mais il n’y avait apparemment pas d’ouverture, Elle était encore suffisamment protégé, mais pendant encore combien de temps ? Xenon repoussa les zombis qui s’approchaient et tenta de lui faire reprendre ses esprits. Comme il n’y parvenait pas il la traina très difficilement vers la porte ouverte. L’insonorisation de celle-ci était à présent inefficace et les tympans de Xenon commençaient à fonctionner à nouveau. Il entendit alors des bruits de fusillade venant de devant lui ! Le hangar ! Ils y étaient enfin ! Aya était en train de mitrailler tous les zombis qui se dirigeaient vers eux. La main de Melody vînt saisir celle du garçon. Elle était revenue à elle. Elle le remercia d’un sourire et demanda à la combinaison de lui injecter un stimulant pour qu’elle puisse assurer la fin des opérations. L’escalier était plein de zombis. Melody prit Xenon sous son bras et couru vers la rambarde. Elle fit un saut prodigieux et atterrit au milieu des mort-vivants mécaniciens en contrebas. Dernière ligne droite, plus qu’une cinq-centaine de mètres ! Elle couru vers le KMK-7. Aya cessa le feu pour ne pas risquer de les toucher, elle retira le camouflage et repassa en mode vaisseaux. Elle décolla et ouvrit le sas. Melody slaloma habilement entre les morts-vivants de plus en plus agressifs. Arrivée à bonne distance elle lança Xenon à l’intérieur du sas. Celui-ci se plaça immédiatement en position pour l’aider à monter. Mel voulu prendre appuie sur quelque chose pour se projeter en avant, se fut le crâne d’un zombi. Cependant celui-ci s’affaissa et au lieu de se projeté elle trébucha, mais Xenon attrapa son bras droit au passage, il se rendit alors compte qu’il avait le canon du Desert Eagle pile entre ses deux yeux. Si Melody serrait sa main à se moment là, il mourrait. Mais le problème c’est que dans se genre de situation on ne peu que serrer les mains pour essayer d’attraper quelque chose…

*Clic*

La chambre du pistolet se recula… Plus de munitions.

Xenon n’eu pas le temps d’être soulagé, Mel n’était pas tirée d’affaire, sa main gauche s’agrippa à l’encadrement de la porte, sa main droite lâcha le pistolet et s’agrippa à son tour. Elle se remonta à la force de ses bras et posa un genou à l’intérieur, puis l’autre. Elle était sauvée ! Mais en voulant se relever elle s’appuya sur son arme et la fit accidentellement tomber par-dessus bord. Elle eu cependant le reflexe de tendre son bras pour le rattraper juste avant qu’il ne soit trop loin. Mais au moment même où elle rattrapa l’un des plus grand et gros des mort-vivant vînt refermer son imposante mâchoire sur l’avant-bras de la mécanicienne. Melody entendit alors le bruit de ses os qui se brisaient… écrasés. Une gerbe de sang explosa

Elle hurla de douleur ! Jamais elle n’avait eu aussi mal !

Toutes les articulations de son bras furent bloqués par les reste de la combinaison pour ne pas que la blessure s’aggrave. La combinaison isola également le bras du circuit d’air pour parer à la fuite. Xenon sortit son arme et explosa le corps du zombi avant que Mel ne soit attiré à l’extérieur par le poids de celui-ci. Melody ramena son bras mais la tête qui y été accroché continuait à la mordiller. Elle l’écrasa alors contre la paroi du vaisseau et rentra son bras à l’intérieur du sas Xenon referma immédiatement la porte et on sentit les propulseurs du KMK-7 les éloignés de cet enfer. Mel ne dit pas un mot, le blocage des articulations avait fait qu’elle avait gardé en main son arme. Mais la douleur qu’elle ressentait était insoutenable et c’était comme des litres de sang qui giclaient se sont bras à moitié arraché et tordu dans un sens contre-nature. Finalement sa combinaison lui injecta un tranquillisant et elle s’endormie.

Level 4-5 :

Epilogue en Pieces detachees !

La porte menant à l’intérieur du vaisseau s’ouvrit d’elle-même. Aya, ayant revêtit son corps civil et une tenue d’infirmière entra et pointa Xenon du doigt.

-Tu ne retire pas ta combinaison avant que je ne te le dise !!

-Si tu veux ! Mais il faut aider Melody, elle à perdu connaissance.

-Elle a été anesthésié car sa douleur était trop grande. Aide-moi à la porter jusque dans l’infirmerie !

-Oui.

Ils portèrent donc Melody à travers le vaisseau. La vue du bras tordu, figé et dégoulinant de Mel était difficilement supportable pour Xenon qui préférait détourner le regard.

Une fois la mécanicienne sur la table d’opération, Aya ordonna à l’enfant de sortir de la pièce. Ce qu’elle allait faire n’était pas un spectacle réjouissant.

-Je t’appellerais quand j’aurais fini.

-Très bien…

Xenon n’insista pas. Il se rendait compte que si les zombis lui provoquaient des haut-le-cœur, voir Aya utiliser les instruments qu’elle était en train de préparer sur celle qu’il considérait maintenant comme sa seule famille dans l’univers, était bien trop dur pour lui. Il sortit donc et s’assit en face de la porte de l’infirmerie en attendant qu’Aya finisse.

Les minutes semblaient durer des heures tant l’impatience était grade chez l’enfant. Il s’imaginait déjà les pires scénarios : Melody avait-elle perdu trop de sang ? Melody allait-elle perdre son bras ? Melody allait-elle mourir ? Que deviendrait-il sans elle ? Après tous, qui était-il finalement ? Un petit être perdu au milieu de l’univers qui ne vit qu’au travers de cette mécanicienne un peu déganté. Il avait peur, plus peur que jamais. Il se remémora alors sont plus vieux souvenir de Melody. Il ne s’en était pas souvenu jusque là. Une marre de sang, Melody qui lui pointait son arme dessus avec une très grande peur graver sur le visage. La froideur de ce moment. Puis elle l’avait attrapé et l’avais porté et mis au chaud en le réconfortant. Melody ne lui avait jamais parlé de ça. Comment était-est-ce arrivé ? Les yeux de Xenon s’ouvrirent en grand. Il fit le rapprochement fatidique avec ce que Melody lui avait dit quelque minute auparavant. Cette méchante Aya était un virus, un virus qui à failli la tuer ? Le jour où ils s’étaient rencontrés ? Avait-il été le zombi ce jour là ? Avait-il tenté de…

-C’est bon Xen ! La voix d’Aya vînt mettre un terme à ces morbides hypothèses. Il se leva et entra précipitamment dans l’infirmerie.

La tenue blanche de la petite infirmière était devenue rouge sang et les instruments dégoulinaient. Aya avait recouvert le corps de Melody d’un drap, ne laissant voir que sa tête, et était en train de mettre quelque chose dans une sorte de gros tube transparent remplis d’un liquide bleuté. Tendis qu’une scie circulaire armée à un bras mécanique était en train de se rincé dans un évier plein de sang.

-Ne t’inquiète pas, la situation est sous contrôle elle va vite s’en remettre. Indiqua Aya sans se retourner en refermant le tube.

Xenon était si soulagé qu’il ne portait même plus attention au sang un peu partout.

-Incroyable tu as réussit à remettre son bras comme il faut ?

Aya se retourna vers lui.

-Euh…

A ce moment là Xenon put entrevoir que s’était le bras découper de Mel qui flottait dans le tube transparent. Cette fois-ci sa combinaison fut trop lente… Il vomit son space-cake et plusieurs autres choses. Aya, affolée se précipita vers lui et lui attrapa le casque pour le regarder dans les yeux.

-C’est une cuve de bio-régénération cellulaire ! J’étais obliger de le lui enlever mais je lui regrefferai ensuite !

Peut lui importait les explications, Xenon s’effondra, inconscient.

>>Le lendemain matin ; Système-bordure d’Alia n°4 ; KMK-7 ; Chambre de Melody<<

Xenon avait eu une nuit agitée pleine de cauchemars. Il se réveilla soudain et se rendis compte qu’il était dans les draps de Melody mais elle n’était pas la. Il remit ses idées en place et se leva. Comme pour essayer de croire que tout cela n’était qu’un mauvais rêve il jeta un œil dans l’infirmerie. Mais Mel était bien là… Et son bras flottant loin de son corps aussi. Il avait du s’évanouir. Il se rendit d’ailleurs compte qu’il ne portait plus sa combinaison H.O.T.D. Aya devait la lui avoir enlevé finalement. Ayant tous sauf faim il se rendit sur la passerelle pour pouvoir parler à Aya. Quand il entra, celle-ci stoppa tous les calculs qu’elle était en train de faire pour lui consacrer tous ses processeurs.

-Ca va mieux ? Tenta-t-elle.

Il soupira.

-Un… Un peu…

-Ne t’inquiète pas pour elle, tout va bien aller. D’ici quelques heures elle se réveillera et viendra te rassurer avec de grands éclats de voix et une Nymaco à la bouche !

Il sourit.

-J’espère… Je… me demandais… Pourquoi ne pas mettre une prothèse mécanique à Melody ? Elle aurait…

-Tais-toi ! L’interrompit violement Aya. Avant de reprendre d’une voix plus douce et hésitante. Je n’ai pas le droit d’en parler mais… Le… L’idée de remplacer ne serais-ce qu’une infime partie de son corps par un auxiliaire mécanique est tabou. Tu ferais mieux de ne plus jamais l’aborder et surtout pas devant elle d’accord ?

Il perdit son sourire.

-D’accord…

-Veux-tu me parler de quelque chose ? Si je peux t’aider en quoique ce soit dis-le. Je suis faite pour ça à la base.

Il s’assit dans son fauteuil de copilote. Puis il hésita un moment et se lança.

-Quand… Quand nous étions sur le croiseur.

-Oui ?

-On a vu un truc bizarre.

-Quel genre ?

-Toi ! Fit-il en relevant les yeux vers elle.

-Hein ?

-Tu étais là-bas et ici en même temps, il y avait une deuxième Aya. Et c’est elle, qui a lancé tous ses zombis contre nous pour nous tuer.

-Que dis-tu ? S’indigna-t-elle.

-Melody m’as dit… Que s’était ta version 2, que le jour où je suis monté à bord de ce vaisseau il y avait un virus informatique, et que Melody pensait s’en être débarrassé.

-Impossible…

-Je… Je voudrais des explications ! Que s’est-il passé le jour où vous m’avez trouvé ?!

-Je… C’est à Melody qu’il faudra que tu demande les détails mais voila… Elle t’a trouvé sur une épave, dans un caisson de survie. Ca tu le sais.

-Oui.

-Il se trouve que quand elle a ouvert ce caisson pour te libérer. Un virus informatique me court-circuita. Il prit le contrôle du vaisseau, je ne pouvais plus rien faire. Et toi… Enfin… Et bien…

-Quoi ?!

-Tu n’étais pas toi-même ! Le virus semblait te contrôler aussi !

-Alors c’est ça… J’ai voulu tuer Melody ! Hurla Xenon qui avait des larmes qui commençaient à couler.

-Ne dis pas n’importe quoi ! C’était ce virus qui se servait de toi ! Et Melody a réussit à s’en débarrasser car il s’était enfermé dans mon unité centrale ! Elle l’a balancé dans l’espace !! Ces impériaux ont dut la récupérer et se faire infecter ! Et comme il s’est servi de mes programmes sources il avait la même apparence que moi !

-JE M’EN FICHE !! Hurla-t-il encore plus fort. Il se leva et voulu s’échapper vers la sortie de la passerelle mais il se heurta à quelque chose…

Des jambes nues, celles de Melody qui s’accroupie, et sans un mot, enroula son bras unique autour de lui et le serra fort contre sa poitrine. L’enfant pleura toutes les larmes de son corps et fini par être calmé par la chaleur réconfortante et l’amour de sa mère adoptive.

BONUS

img007

img011

img008

img009

img010

img029

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s