Zeidaran Chapitre 17 !

Zeidaran titre 17

 

Chapitre XVII :

Les Sept Arches

Plusieurs jours passèrent après la victoire de Maya sur l’élémentaire aquatique. Jours sensés être consacrés au repos et à la récupération après un mois d’entrainement intensif. Cependant pour notre apprenti magicienne après simplement deux jours de vacance il était déjà l’heure de reprendre. Elle avait soif d’apprendre et surtout elle voulait prouver que même sans A.M.E. elle était la meilleur élève que Lloyd n’avait jamais eu !

Lloyd, lui toujours surpris par la rapidité avec laquelle son élève apprenait. Avait une foule d’idées qui lui venait pour occuper le temps qu’ils gagnaient continuellement. Il eu du mal à convaincre Maya d’attendre quelques jours supplémentaires pour continuer l’entrainement. Il lui préparait une surprise. Mais il lui faudrait au moins une semaine de travail pour mettre son projet en place. D’ici là Maya avait quartier libre. Elle passait donc son temps à se promener au travers de l’île et feuilleter son guide.

Le septième jour de repos arriva finalement. Maya avait une nouvelle fois fait la grasse matinée. Quitte à s’ennuyer autant être en forme pour cela ! Se disait-elle. Alors elle dormait jusqu’à ce que l’appel de la nourriture vienne lui titiller l’estomac.

Bon je vais peut-être me lever se dit-elle. Elle poussa la couverture et se redressa sur son lit. Son visage endormis esquissa un bâillement et elle tendit les bras en l’air pour se réveiller. Elle sortit lentement de son lit et se dirigea vers l’armoire dans laquelle était rangés ces vêtements. Elle y piocha quelque chose qui lui plaisait et se dirigea vers la porte. Elle sortit et déambula dans les couloires jusqu’à atteindre la porte de la grande salle de bain. Bien sûr elle pouvait se laver dans celle de sa chambre mais elle préférait celle-ci qu’elle trouvait bien plus spacieuse et agréable.

Elle ouvrit la porte. La grande salle de bain était découpée en trois parties. La première quand on entrait était équipée de grands miroirs et de lavabos ainsi que tous nécessaire pour se coiffer, se maquiller etc. D’ailleurs Dante était là en trin de se brosser ses cheveux qui avait énormément poussés depuis qu’elle l’avait vu la première fois. Elle changeait d’ailleurs souvent de coiffure, aussi puissants que soit ses efforts de paraître froide et insensible il été évident qu’elle été dotée d’une certaine coquetterie.

Maya n’avait pas l’habitude de la croiser ici, surtout pas si peu de temps avant l’heure du déjeuner. En y réfléchissant bien Dante donnait l’impression de ne jamais dormir. Jamais elle ne disait qu’elle allait se coucher et elle semblait toujours être la première à se lever le matin.

-Bonjouuurs ! Fit lentement Maya, les yeux à demis ouverts.

-Tiens donc un mort vivant ! Rétorqua Dante en détournant le regard du miroir. « C’est à cette heure-ci que tu te lève ? Ajouta-t-elle.

-Et vous ? C’est la première fois que je vous vois vous brosser les cheveux à une heure pareille. Vous avez fait la grasse-matinée ? Demanda Maya en se regardant dans le miroir.

-La grasse-matinée ? Elle se mit à rire.  C’est une perte de temps ! Tu devrais plutôt t’entrainer.

« Je ne demande que ça mais Lloyd refuse pour l’instant… » Indiqua la jeune fille.

Dante soupira et posa sa brosse à cheveux.

« Viens me retrouver là-haut cet après-midi si tu n’a rien à faire. J’aurais peut-être besoin de ton aide pour quelque chose. »

Maya acquiesça, elle savait que « là-haut » signifiait la petite pièce ronde où Dante avait l’habitude de passer son temps.

La petite fille à la mèche blanche sortit ensuite de la pièce. Ce n’est que quand la porte se fut refermer que Maya analysa la phrase de Dante, elle lui avait dit qu’elle pourrait lui apporter son « aide » ? La jeune fille se retourna vers la porte du couloir en se demandant en quoi elle pourrait aider la petite démone… Mais peu lui importait pour le moment, Maya voulait aller se laver, elle se dirigea dans le fond de la pièce vers la porte qui menait à la seconde partie de la salle de bain : le vestiaire où l’on se déshabillait avant d’entrer dans la salle des bains. Cette porte était en fait une ouverture scellée par magie qui ne s’ouvrait que si la pièce suivante était vide. Mais Maya s’amusait toujours à passer lentement la main devant la porte en faisant semblant de l’ouvrir par magie.

Après avoir fini de se laver et de se coiffer L’apprentis magicienne se rendis dans la salle à manger où Messon avait déjà dressé la table du déjeuner. Dante avait visiblement déjà fini son repas, elle était en trin de boire une tasse de thé en silence. Maya vînt s’installer à sa place habituelle et le majordome ne tarda pas à lui apporter sur un plateau roulant les différents plats qu’il lui proposait. Depuis plusieurs jours Lloyd ne prenait plus le déjeuner au manoir il semblait vraiment très occupé avec ses mystérieux préparatifs. Alors que Maya commençait à manger elle lança un regard vers Dante qui semblait complètement perdue dans ses pensées. Devant elle était posé une petite materia grise. Intriguée, et voulant briser la glace Maya prit finalement la parole :

-Vous avez reçut un message ? Demanda-t-elle.

Dante revint brutalement à la réalité, elle fronça les sourcils en essayant de trouver l’objet de la discussion que la jeune fille venait d’entamer. Puis sa main se posa sur la materia en suivant le regard de Maya.

-Ah… ça ? Oui un message -elle soupira- tu parle d’un message…

-Une mauvaise nouvelle ?

-Je ne sais pas… Tu n’as qu’à écouter toi-même. Elle fit rouler la materia tel une bille.

Maya l’attrapa et l’activa. Un petit hologramme de Nova apparut au dessus de la materia.

-Salut tout le monde ! Je sais il est tard vous devez tous être en trin de dormir pendant que je travail hein ? Bon bref j’ai des nouvelles mais elles ne vont pas vous plaire… J’ai fait des recherches comme vous me l’aviez demandé sur un monstre qui se nourrirait de la magie. Bah j’ai strictement rien trouvé à Nallana, et pour nos amis aux quatre coins du monde le constat fut le même. Désolé mais j’ai bien peur que ce monstre n’a jamais exister. La seule explication serait que c’est un nouveau type de monstre qui n’a jamais été répertorié. Je suis sincèrement désolé. Allez bonne nuit quand même et à la prochaine, je vous recontacterais dans quelques jours pour les inscriptions aux éliminatoires pour notre équipe du tournoi. Bye !

L’hologramme disparut et la materia cessa de briller.

-Alors on ne sait pas ce qui a tué le peuple de Vearth ?

-Bingo…

-Peut-être que quelqu’un à fait en sorte que l’on ne puisse plus trouver d’information sur ce monstre…

-Possible. Dante finit sa tasse. Je t’attendrai en haut. Bon appétits.

-Merci. Répondit Maya avant que la magicienne ne s’en aille.

Il été évident que cette nouvelle tracassait énormément cette dernière. Et Maya était certaine qu’elle n’abandonnerait pas si facilement. A vrai dire elle avait déjà une petite idée de ce que Dante voulais lui faire faire : des recherches ! Cependant pourquoi aller dans le petit repère de Dante alors la gigantesque bibliothèque du manoir est parfaitement bien équipé pour ce genre de travaux.

Maya, toujours très curieuse, avait enfin quelque chose à faire de sa journée et ce n’était pas pour lui déplaire. Elle finit rapidement son repas, remercia Messon et sortit de la salle à manger. Elle avait un petit rituel le « matin » elle sortait toujours quelques minutes respirer l’air frais et observer le paysage magnifique qu’offrait l’île. Une fois revigorée elle pris le chemin qui menait aux escaliers en haut desquelles se trouvait le bureau de Dante.

Elle frappa à la porte et celle-ci lui dit d’entrer. Comme elle le pensait Dante était assise à une table et était entourée de tout un tas de livres de toutes les tailles et qui paraissaient tous très anciens. La pièce était très ensoleillé et la large ouverture du mur laisser entrer une douce brise et le chant des oiseaux. Maya trouvait que cette pièce était dans un jour comme celui-ci un véritable petit paradis. Elle comprenait pourquoi Dante y passait tous son temps.

-Vous cherchez des informations sur le monstre ?

-Quelle perspicacité dis-moi. Rétorqua Dante avec un sourire sans détourner le regard de son livre.

-Je vais vous aider. Lança Maya en s’approchant de la pile de livres.

-Ah ton don de divination est déjà estompé ? Répondis Dante en la regardant enfin. Je ne t’ai pas fait venir pour ça. Je n’avais pas encore vu le message quand je t’ai demandé de me rejoindre. Tous à l’heure.

Maya, confuse, la regarda avec un regard intrigué.

-Mais alors en quoi pourrai-je vous être utile ?

Dante poussa sa petite chaise et se leva. Elle se rapprocha de Maya

-Et bien voyons tu es une mage maintenant, même si tu n’es pas encore au top, tu as fait d’énormes progrès. Or il n’y a que trois mages sur cette île toi y comprit, je suis incapable de faire ce dont j’ai besoin et je ne veux pas que Lloyd soit au courant. Peux-tu garder un secret ?

Elle avait un regard malicieux, elle avait l’air d’adorée parler en énigme.

-Et bien oui je suppose…

-Tu suppose ?

-Bon d’accord oui ! Arrêtez de me faire languir !

-Hum… Curiosité et impatience, un bien dangereux cocktail, cela risque de te jouer des tours. Dante tourna autour de Maya en faisant semblant de l’examiner toujours avec beaucoup de malice sur le visage. Ce qui n’était pas forcément très rassurant.

-Lloyd t’as t’il déjà fait exécuter des sorts médicinaux ? De la magie blanche par exemple. Fini par demander Dante toujours souriante.

-Non jamais. Répondis Maya après avoir réfléchis quelques secondes.

-Je m’en doutais, veux-tu que je t’apprenne des choses de ce genre ? Rétorqua Dante.

-Et bien j’imagine que ça peu toujours être utile alors pourquoi pas, oui.

-Oui bien sûr que s’est très utile. Cependant si je t’apprends des choses tu deviendras mon élève en plus de celle de Lloyd. Ce n’est pas rien, pence-tu en être capable ?

Maya n’avait pas vu les choses sous cet angle mais elle avait soif de connaissance. Cependant devenir l’élève d’une personne démonique, il fallait peut-être y réfléchir à deux fois.

-Qu’est-ce que cela changera hormis que j’apprendrai encore plus de choses ?

-Et bien tout puisque si tu accepte je serais en mesure de te donner des ordres, tu seras également obliger de me montrer un respect démesuré et de protéger mon honneur au péril de ta vie ! Exposa Dante calmement.

-Ouaw carrément ?!

-Et bien c’est comme avec Lloyd quoi…

-Hmm… Oui je suppose mais il ne m’avait jamais exposé les choses comme cela…

-Parce qu’il n’a pas l’habitude d’exploiter les gens mais moi je suis une méchante. Elle eu un petit rire sournois. Alors ? Deviendras-tu mon élève ?

-Je ne suis pas sûr que le jeu en vaille la chandelle, je demanderais à Lloyd de m’apprendre la magie blanche ! Rétorqua Maya avant de se retourner vers la porte.

-Attend !

Maya avais déjà entrouvert la porte.

-Tu n’es vraiment pas amusante. Fit Dante. Maya se retourna, elle s’était assise sur son bureau après avoir poussé quelques livres. Referme la porte s’il te plait.

Maya s’exécuta.

-Que voulez-vous ? Fit-elle.

-J’ai vraiment besoin de toi, je t’en pris aide-moi. Je n’ai pas envie d’avoir à en parler à Lloyd. Dante avait perdu son air malicieux et semblait tout à fait sincères à présent. Maya n’en revenait pas de ce qu’elle venait de dire. Encore une fois elle se demandait en quoi elle pouvait bien lui être utile à quoique ce soit.

-Soit je vous aiderais mais je reste avant tout l’élève de Lloyd.

-Il n’a jamais été question de changer cela. Ecoute si je veux t’apprendre la magie médicinal c’est pour que tu puisses me soigner moi.

Maya resta bouche bée.

Maintenant que Dante était sûr d’avoir capté l’intégralité de l’attention de la jeune fille elle commença à déboutonner sa chemise.

-Comme tu le sais une fois qu’un démon comme moi reçoit des blessures mortelles, nous ressuscitons dans le corps d’un enfant quelques jours plus tard. Cependant –elle retira sa chemise- Tout n’est pas aussi simple, puisque nous disposons ensuite d’un certain temps durant lequel notre corps n’est plus suffisamment puissant pour se régénéré totalement une seconde fois. C’est pourquoi nous restons généralement au calme quelques temps. –Elle posa sa main sur le flanc droit de son ventre.- Or récemment je n’ai pas suivit cette règle élémentaire et c’est la deuxième fois que cela se produit. Mais quand je suis allé sur Vearth je ne pensais pas que j’allais mourir une seconde fois. Je n’aurais pas dus y aller immédiatement, j’ai fait une erreur et j’en paye le prix… -Sa main se mit à briller puis sa peau se modifia, toute la partie droite de son corps s’assombris d’une tache de nécrose formant des motifs étranges et remontant jusque sur son visage et son œil droit passa du rouge ordinaire au noir total.

Maya vînt se recouvrir la bouche avec ses mains.

-Voila ce qu’il m’arrive, mon corps n’arrive plus à se reformer normalement, j’arrive à le cacher mais la douleur insoutenable finira par me trahir. Je te demande donc ton aide.

-M…mais… mais comment pourrai-je… je…ne…

-Eh ! Ne t’inquiète pas autant cela finira par guérir, je te l’ai dit c’est la deuxième fois que cela m’arrive. Le problème est que c’est un peu plus grave cette fois et que je ne veux pas que Lloyd le sache.

-Mais vous devriez pourtant aller le voir il serait bien plus…

-Il me pauserait des questions auxquelles je ne veux pas répondre. S’il te plait garde ça pour toi.

Maya finit par acquiescer.

-Bon ! Alors on va pouvoir commencer. Déclara Dante. -Elle attrapa un livre à côté d’elle.- Attrape !

Maya réceptionna le livre et lu son titre sur la couverture en cuir.

Initiation à la médecine magique

Par l’Archimage Mithil di Faramix

-Mithil di Faramix ? Fit Maya qui n’avait jamais entendu parler de cet homme.

-Le père de la magie curative, ce bouquin était la bible des apprentis mages blancs à l’époque où on l’enseignait encore. Je te l’offre en guise de remercîment pour garder mes idiots de secrets. C’est la première édition, nous l’avions achetée lors de sa première publication, c’est la version la plus complète. Tu pourras l’étudier à ta guise.

Maya ne sut quoi dire, s’était un cadeau inestimable, jamais elle ne pensait pouvoir posséder un livre de l’ancienne magie dans son édition original. Elle resta en admiration devant le livre quelques instants. C’était un ouvrage épais qui était recouvert de dorures et dont les pages étaient écrites à la main, une merveille aux yeux de la jeune fille.

-Lloyd n’aime pas ce genre de livres car il préfère apprendre sur le tas. C’est vrai que c’est un avantage pour la magie de combat. Mais pour la magie curative il faut éviter de faire des erreurs alors, autant s’en tenir à ce que dit ce type et improviser si besoin est. C’est avec ce livre que nous avons tous les deux appris les bases de la magie blanche. C’est à ton tour de t’y mettre maintenant. Au lieu de faire des grasse-matinée !

-C… Comment puis-je vous remercier ? Balbutia Maya.

-Je ne sais pas, peut-être en venant me soigner !

-Mais je n’y connais encore rien ! Comment puis-je.

-Ne sois pas sotte, je vais te montrer. Je ne peu pas le faire moi-même mais sa ne veux pas dire que je ne sais pas comment me guérir. Le livre ne te servira qu’à apprendre tout le reste.

Maya s’approcha et Dante pris ces mains.

-Ne t’inquiète pas ce que je te demande c’est un soin enfantin, le but n’est pas vraiment de me guérir mais de m’aider à me reconstruire. Tu va simplement poser tes mains à l’endroit où la blessure est la plus grave. –Elle posa les mains de la jeune fille sur son flanc droit.- Ensuite fait comme si tu t’apprêtais à lancer un sort mais ne fait pas appel à ton eon.

Maya s’exécuta et une faible lumière blanche commença à apparaitre. Dante appuya ses mains contre celles de l’apprenti, baissa la tête, ferma les yeux et se mit à chanter à voix basse dans une langue que Maya ne connaissait pas. La lumière blanche se fit soudain plus intense et un cercle magique apparut autour des mains de Maya. Cette dernière ressentis tout à coup quelque chose d’étrange, comme si ses mains n’était plus reliées à ses bras. Elle n’avait plus aucune sensation de toucher.

Après quelques minutes de chant Dante se tut et rouvrit les yeux, elle regarda Maya qui était en attente d’explications.

-Tu vois ce n’est pas dur, en fait je me sers de toi comme catalyseur. C’est un type de soin qui ne peut être appliqué à soi-même, je me sers donc de ta magie pour me lancer le sort.

-En somme vous ne m’apprenez rien, vous aviez juste besoin de la main d’un mage c’est ça ?

-Exactement ! Répondis Dante avec un sourire. Si tu voulais en savoir plus tu n’avais qu’à devenir mon élève !

-Hmm… Bref, pouvez-vous me rendre mes mains maintenant ?

-Non, le sort ne se terminera que dans quinze minutes !

-Quoi ? On va rester comme ça encore dix minutes ? S’exclama Maya.

Dante lança un regard au sol et une chaise apparu.

-Tu n’a qu’à t’assoir. Nous allons discuter.

Maya s’assit en soupirant. Après quelques secondes d’attentes elle fini par entamer une nouvelle conversation.

-Avez-vous déjà eu des apprenties ?

-Bien sûr mais c’était il y a très longtemps, à l’époque où les filles se devait d’apprendre la magie. J’ai été professeur de magie à l’école pour fille du château du Duc de Kyminos.

Maya eu soudain la vision de ce à quoi pouvait ressembler une punition donné par Dante…

-Tu n’es pas loin de la vérité. Rétorqua la fillette en ricanant.

La jeune fille fut une nouvelle fois surprise par la capacité qu’avait Dante pour lire dans ses pensées.

-Attendez, vous avez dit Kyminos ? Comme Kyminos, Mykinos, Jyninos et Pyrinos les quatre royaumes humain de l’antiquité ? S’exclama Maya.

-Oui, merci de me rappeler mon âge… Fit Dante dans avec un sourire.

-Oups…

-Ah nous étions jeunes à l’époque Lloyd et moi… Personnellement je n’ai jamais connue mon âge exact mais lui il devait avoir quelque chose comme une trentaine d’années. C’était quelque temps après que notre maitre nous ait abandonnés. Nous avons continué à vivre comme des chasseurs de primes, autrement dit des voleurs et des assassins, jusqu’à ce qu’un malentendu totalement absurde ne nous propulse au rang d’amis intime de la cible de notre contrat.

-Vous étiez des assassins ?

-Tous comme cette folle furieuse que nous appelions Maitre oui. Ah ah ça t’en bouche un coin ça hein ? Mais en même temps Lloyd était un demi-elfe, une sous-race pour la plupart des gens à l’époque. Et moi j’étais, et bien… Disons que je n’inspirais pas confiance ah ah. Nous n’avions donc pas vraiment le profil pour avoir une petite vie tranquille…

Maya se rendit compte qu’elle n’avait jamais imaginé Lloyd dans une autre tenue que celle de héro légendaire…

-Le Duc Hazoya de Kyminos était un homme bon, il était aussi jeune et un rien crédule. Dès qu’il prit la succession de son père les dirigeants des duchés voisins ne tardèrent pas à vouloir l’assassiner. Pour conquérir son territoire. A la même époque Lloyd et moi avions une excellente réputation dans le domaine de l’assassina. Si bonne que nous avons été engagés par le Duc de Mykinos pour assassiner Hazoya. Nous avons bien sûr accepté tant la récompense offerte était alléchante. Nous nous sommes donc rendus à Kyminos, par chance nous avons appris que le Duc fraichement nommé à eu l’idée de faire le tour de son territoire pour se présenter à ses sujets. Cela nous facilité grandement la tâche puisque même si la caravane du Duc était lourdement gardée, ce n’été rien par rapport à un château-fort. Nous avions un plan parfait, nous avions étudié le terrain pendant plusieurs jours. Nous savions quand et comment opérer. Mais le grand soir un imprévu chamboula toute l’opération…

Maya se rendis soudain compte qu’elle était suspendue aux lèvres de Dante, elle trouvait fascinant de pouvoir avoir entendre des fait historiques si ancien de la bouche de quelqu’un qui les as vécus. Elle remarqua également que Dante avait l’air d’aimer raconter ses souvenirs, elle souriait. On dit que c’est l’apanage de la vieillesse de ressasser de vielles histoires, mais vu l’apparence qu’avait Dante, Maya trouvait la situation cocasse.

-Un idiot d’assassin, surement engagé par un autre Duc, fit irruption dans l’auberge où le Duc séjournait. Juste au moment où nous allions atteindre la couche de notre cible, nous venions d’assassiner en silence tous les gardes du couloir de l’étage de l’auberge où se trouvait la chambre d’Hazoya. Quand cet imbécile nous as vu il à compris que nous étions là pour la même chose que lui et à tenté de nous attaquer en douce en nous prenant à revers. Il avait une technique d’invisibilité et pensait que nous étions suffisamment dupes pour ne pas le repérer. Il était de surcroit évident qu’il n’avait pas un plan bien ficelé puisque ce faisant, il est tombé dans les pièges que nous avions évités, et déclencha l’alerte. Toute la garde rappliqua dans le couloir. Nous étions doués mais loin d’être aussi fort que maintenant. Nous savions que sans l’effet de surprise nous n’avions aucune chance contre l’élite des gardes du Duc. Lloyd eu donc le reflexe d’attraper notre concurrent dissipant du même coup son sort de furtivité. Il lui mit un couteau sous la gorge. Et parvînt à faire croire à aux gardes que nous avions attrapé un assassin qui en voulais à la vie de notre cher souverain.

-Ils vous ont crus ?

-Oui ! Et heureusement d’ailleurs. Mais nous avions deux avantages qu’il n’avait pas, premièrement, contrairement à lui, nous avions pris une chambre à l’auberge, notre présence était donc légitime. Et surtout personne ne nous connaissait, nous faisions notre travail sans jamais dévoiler nos véritables identités, nous pouvions donc nous faire passer pour n’importe qui alors que lui avait un visage bien connus des autorités. Bref c’était un idiot. Le mieux dans tous ça c’est que le Duc en personne nous à remercier et le lendemain il nous à proposer de venir vivre au château de Kyminos. Il nous proposait en somme un toit, de la nourriture de premier choix tous les jours, et un travail en accord avec les lois. Fatigué de la vie misérable que nous avions nous avons fini par accepter son offre, nous allions enfin pouvoir vivre l’un pour l’autre en sécurité. Même si cela changeait énormément de tous ce que l’on connaissait, nous décidâmes de clore définitivement notre vie de parias pour enfin vivre une vie que nous avions choisis.

-C’est un beau dénouement… C’est comme cela que vous êtes devenue professeur de magie ?

-Oui Je m’occupais des filles de la cours, tendis que Lloyd était le Maitre d’arme et formait les garçons à la maitrises des lames et à la magie de combat.

-Les filles ne pouvait pas apprendre à ce battre ?

-C’était une époque où les garçons pouvaient devenir à peut près tous ce qu’ils voulaient alors que les filles avait pour seule objectif dans la vie d’être une bonne épouse. On ne m’autorisait à leurs apprendre que de la magie curative…

-Je vous imagine mal en prof apprenant à des fillettes à guérir les petits bobos…

-Et pourtant ce fut mon travail pendant quelques années, mais je leur apprenais aussi à lire, écrire et calculer. Le professeur-mage était une sorte d’érudit à l’époque. Les autres leurs apprenaient à faire la cuisine et le ménage.

-Je n’aurais pas aimé vivre à cette époque…

-Je te comprends, heureusement que je n’ai pas eu à subir ça… Même si elle était folle, notre Maitre m’a appris des choses bien plus importantes que les morales absurdes que l’on inculquait aux autres fillettes. Mais ne t’inquiète pas certaine de ces filles n’était pas non plus d’accord avec ce mode de vie. Je pense notamment à la fille même du Duc qu’il eu peu de temps après nous avoir engagés. Une petite rêveuse à la tête dure, un vrai garçon manqué, elle passait le plus clair de son temps à aller espionner les cours que Lloyd dispensait aux garçons. Si bien qu’un jour il fit quelque chose qui lui vaudra plus tard sa place, il promit en cachette à Maoru que le jour de seize ans si elle le souhaite encore il lui apprendrait le maniement des armes, il l’a prendrait comme élève.

-Le Duc l’a appris ?

-Et oui mais bien longtemps après. Maoru n’avais que huit ans quand Lloyd lui fit cette promesse. Il ne s’attendait pas vraiment à ce qu’effectivement le soir de ses seize ans Maoru vienne réclamer sa première leçon. Seize ans était l’âge auquel les garçons commençaient à manier de vraies armes. Comme il l’avait promis, Maoru devînt son élève et il lui apprit en cachette pendant un peu plus d’un an les techniques de combat à l’épée et la magie de combat. Il l’a considère d’ailleurs comme sa toute première élève personnelle au même titre que toi tu es la dernière en date.

-Maoru Hazoya… Ce nom me dit quelque chose mais je n’arrive pas à me souvenir où je l’ai entendu…

-Dans les livres d’histoire j’imagine. En fait, quand le Duc appris pour Lloyd et Maoru, il entra dans une colère noire. A l’époque les seules femmes qui portaient des armes étaient des parias, voleuses de grands chemins, assassins, comme je l’étais en somme… Il fut si furieux qu’il décida de nous jeter à la porte, il aurait en fait due nous tuer mais croyant toujours qu’il nous devait la vie il nous laissa partir avec pour ordre de ne jamais revenir. Nous étions donc confronter à un choix, devions nous reprendre notre ancienne vie ? Nous avons refusés cette idée et avons décidés de partir pour la première fois à l’aventure tous les deux. Faire un long voyage à travers le monde comme les grands explorateurs, nous étions devenue suffisamment fort pour nous débrouiller. Quatre mois après notre départ nous apprîmes dans une taverne que la fille du Duc de Kyminos s’était enfuie du château. Nous avons tenté d’en apprendre plus et ce faisant nous avons facilité la quête que s’était fixé Maoru : nous retrouver. Comme Lloyd le pensait elle n’avait pas supporté de reprendre une vie de Dame alors qu’elle avait l’âme d’une aventurière. Nous la prîmes donc avec nous et elle vécue à nos côtés durant cinq ans.

Dante s’arrêta de parler.

-Qu’y-a-t-il ? fit Maya qui restait sur sa faim.

-Je crois que c’est bon le sort est terminé, merci. Elle relâcha les mains de Maya et fit disparaitre les marques noires puis elle réenfila sa chemise.

-Vous ne pouvez pas vous arrêter là ! Que s’est-il passé ensuite, pourquoi aurai-je lu son nom dans un livre d’histoire ? Continuez votre histoire s’il vous plait !

-Curieuse, impatiente et malgré tout complètement ignorante. Dante soupira.

-Comment pourrai-je apprendre si vous ne me raconté que la moitié des choses ?

Dante fronça les sourcils. Ne préférant pas répondre elle s’éclaircit la gorge.

-Au bout de ces cinq années. Nous apprîmes la mort du père de Maoru. Le duché de Kyminos était en proie à une guerre ouverte entre tous ceux qui convoitait le territoire. C’est à ce moment là que Maoru a décidée de nous quitter. Elle voulait reprendre les terres de son père et y restaurer la paix. Et surtout elle voulait le faire seule. Elle nous remercia pour tout et nous expliqua qu’elle sentait qu’elle était prête à se débrouiller et de prendre son destin en main. Comme elle avait l’air sûr d’elle et que nous avions confiance nous la laissâmes partir, jamais nous n’avions souhaité la retenir contre son grés et elle était devenu très forte. Nous suivîmes tout de même de près se qu’il se passa. Maoru réussit à prendre le contrôle d’une troupe de guerriers qu’elle connaissait bien puisque c’était eux dont elle avait espionné l’entrainement. Des anciens élèves de Lloyd qui avait toujours été fidèles au Duc et qui souhaiter par-dessus tout rendre son calme au duché. Sa très forte personnalité, son charisme, sa force et sa grande dextérité lui permirent de s’imposer comme commandante, la première de toute l’histoire humaine. Les batailles furent nombreuses, rudes et longues mais Maoru et ses hommes réussirent finalement à reprendre le contrôle du pays mais aussi par la même occasion d’une très grande partie des terres des autres duchés…

-Les quatre pays n’en formaient donc plus qu’un et elle l’appela Viridianas, les Terres Verdoyantes. Continua la jeune fille comme si la mémoire lui revenait tout à coup.

-Tu n’es peut être pas si inculte que ça finalement… Fit Dante avec un sourire. En effet même si les frontières furent légèrement modifiées plusieurs fois par la suite. C’est bien elle qui à fonder le pays dans lequel tu es né.

-Incroyable… Son histoire est incroyable, nous n’en apprenons pas tant à l’école.

-Vous devriez, je trouve que les programmes scolaires ne sont plus ce qu’ils étaient !

-Alors c’est elle Maoru Hazoya, la femme à la cicatrice.

-Oui.

-J’ai vu sa statue au château de Nallana quand je l’ai visitée il y a quelques années.

-Ce n’est pas étonnant c’est elle qui à fait construire ce château à l’origine. L’Histoire à voulu qu’il soit détruit plusieurs fois mais il à toujours été rebattit, c’est le symbole de l’unité du peuple Humain.

-Et vous ? Qu’êtes vous devenus ?

-Oh et bien comme tu t’en doute de nombreuses choses se son passé, nous avons vécu à Nallana pendant un temps, mais Lloyd n’est pas devenu ce qu’il est aujourd’hui en se tournant les pouces. Mais je crois que te raconter toute notre vie serait un peu long. Cependant si ça t’amuse sache que c’est Maoru qui donna son tout premier titre honorifique à Lloyd.

Maya écarquilla les yeux.

-Et non des moindre puisqu’on l’appelait Sir Ga… Dante se stoppa net. Elle détourna le regard et ses sourcils se froncèrent.

Maya remarqua une goutte de sueur qui coulée sur le visage de Dante qui semblait effrayée. La jeune fille se leva et regarda autour d’elle pour s’assurer qu’aucuns dangers ne les guettaient. Mais Dante retrouva soudain l’usage de la parole.

-Garbalion… Sir Garbalion ! Nom d’un…

Elle sauta de la table et se précipita vers la porte qu’elle ouvrit pour s’engouffrer dans les escaliers.

-D… Dante ? Fit Maya qui ne comprenait plus rien.

Il ne fallu pas longtemps à Maya pour se ressaisir et partir à sa poursuite. Elle descendus les escaliers plus rapidement que jamais, une fois en bas elle vit Dante sortir du couloir, elle prit le même chemin. Mais en arrivant dans le grand hall la magicienne avait disparut, seul Messon qui avait l’air interloqué la regardait.

-Où est-elle ? Fit Maya rapidement.

-Et bien, la grande bibliothèque mais qu’est-ce que…

-Merci ! L’interrompis Maya.

Maya courut vers la porte de la bibliothèque qui était grande ouverte, comme la plupart des autres portes du grand hall. Elle vit enfin Dante tout au fond de la pièce elle entrait dans la dernière allée. Maya continua sa course, pour la finir en dérapage sur le parquet ciré de la grande bibliothèque juste en face de Dante qui s’apprêtait à sortir de l’allé avec un grand livre. La fillette se stoppa devant Maya qui lui barrait la route.

-Tu es un peu lente non ? Fit Dante.

Maya lui répondit avec un petit grognement, puis la laissa passer.

Dante se dirigea vers une des tables de lecture et posa le grand livre.

-Comment est-il possible que j’ai put oublier ça ? Soupira-t-elle.

Maya s’approcha pour lire le titre du livre.

Etudes illustrées sur les Sept Arches

Par Sir Garbalion et Dame Dante.

-Les Sept Arches ? Qu’est-ce-que c’est ? Demanda Maya. Mais Dante ne fit pas attention à la question. Elle ouvrit le grand ouvrage et tourna rapidement les pages, elle avait l’air de savoir exactement ce qu’elle recherchait. Maya put voir que les pages étaient effectivement très illustrées. Des croquis fait à la main représentaient de grandes créatures, ainsi que diverse éléments naturelles. Chaque dessin était accompagné de très nombreuses légendes que Maya n’avait pas le temps de lire.

Puis finalement Dante stoppa sa course sur une page où était représenté sur toute sa grandeur un monstre très laid qui avait une très grande gueule avec plusieurs rangées de dents aiguisées. Sur la page adjacente on pouvait lire son nom :

Noctelion

Arche des Terres Mortes

S’en suivait une page complète de texte qui semblait raconter une histoire plus que de donner les caractéristiques de la créature.

Dante resta figé devant le dessin de ce monstre. Elle fit glisser sa main sur le croquis.

-C’est bien lui… Comment ai-je put oublier ça ?

Maya compris alors qu’il s’agissait surement de la créature qui avait décimée la population de Vearth.

Dante serra les point et ferma les yeux, elle semblait en colère. Elle reprit alors la parole.

-Garbalion des plaines, Akalion des océans, Jopulion des montagnes, Sibylion des Forêts, Makalion des glaciers, Yuulion des sables et Noctelion des marais, tels sont les Arches. Si ton cœur est pur et que ton âme est noble jamais elles ne t’approcheront. Mais si l’aventure est ta vie, le combat ton quotidien et le savoir ta gourmandise alors tu pourras peut-être les trouver. Cependant sache petit inconscient que tu ne peu rien espérer d’elles, ni la vie ni la mort. Elles sont les esprits gardiens du monde, les garantes de l’équilibre de la magie. Ce sont les Sept Arches de Zeidaran.

Après voir fini de réciter ce texte qui avait l’air de lui revenir au fur et à mesure, elle se retourna vers Maya.

-J’imagine que tu n’as jamais entendu cela n’est-ce-pas ?

Maya fit non de la tête.

-Ce texte était une histoire que l’on racontait à tous les enfants avant la grande guerre de la magie. Les sept Arches étaient des créatures légendaires, on disait qu’elles apparaissaient parfois aux voyageurs qui atteignaient par hasard un point de confluence magique dans un environnement donnée. C’était en quelques sortes des divinités, certains les vénéraient. On leurs attribuaient la fertilité des sols, la vie et la mort des animaux etc. Chaque région du monde avait son Arche qui régulait de façon passive le bon fonctionnement de son environnement. Dans l’histoire que je t’ai racontée tout à l’heure, Maoru donne à Lloyd son premier titre honorifique. Car pour elle il avait été, en honorant la promesse qu’il lui avait faite, l’origine de tous ce qu’elle était devenue. Et comme l’Arche qui régissait les plaines humaines s’appelait Garbalion. Maoru renomma donc Lloyd : Sir Garbalion.

-Et donc c’est ce Noctelion qui vous a tué sur Vearth ?

Dante détourna le regard et se retourna vers le livre.

-Oui…

-Comment est-il arrivé là-bas ?

-Tu veux dire : « Comment se fait-il qu’il existe encore ? »

Maya eu une réaction de surprise. Dante se retourna vers elle avec un sourire et continua.

-Les Sept Arches sont des créatures légendaires, Ce sont donc des mythes, des croyances… C’est ce que l’ont se disaient Lloyd et moi à l’époque, on ne pensait pas vraiment qu’elles existaient. Cependant comme le dit la légende, un jour à force de voyage nous somme tombés par hasard sur Garbalion.

Dante tourna rapidement les pages du livre et s’arrêta sur le dessin de Garbalion. C’était un magnifique oiseau.

-Il était gigantesque et il s’envola très peu de temps après que nous l’ayons vu. Nous avons sus tout de suite que s’était lui, il semblait ne faire qu’un avec la magie du lieu nous avons eu une sensation indescriptible. La première chose que Lloyd fit après qu’il ait disparut à été de faire ce dessin. Après nous avons passé des dizaines et des dizaines d’années à parcourir le monde pour rassembler toute les informations possibles sur les Arches. Ca a été notre raison de vivre une fois que nous avions compris que nous étions immortels. Et… et…

Elle donna un violent coup de point sur la table si puissant qu’elle fit sursauter l’imposant ouvrage.

-…Et j’ai tout oublié ! Cria-t-elle. Bref… Là où je veux en venir sait que nous avions je le crois tout appris des Arches. Et nous étions persuadés qu’elles étaient mortes !

-Comment ? Fit Maya qui était à la fois surprise et mal à l’aise.

-Quand les Grand ont fait disparaitre la Magie élémentaire, ils ont tués les Arches par la même occasion. Du moins c’est ce que nous croyions… Je dois voir Lloyd immédiatement !

Au même instant une voix se fit entendre venant de l’entrer de la bibliothèque.

-On parle de moi ?

Lloyd entra alors et se dirigea vers elles, il portait une longue redingote noire et violette qui lui donnait une allure amusante et d’un temps ancien. Cela changeait de ses chemises légères et colorées habituelles.

-Maya ! Ta surprise est enfin prête, j’ai failli avoir du retard sur l’horaire ah ah !

Maya ne l’avais jamais entendu parler d’une date précise pour ce qu’il préparait mais elle n’eut pas le temps lui poser une quelconque question puisque quand il se fut suffisamment approché, il se figea en voyant le dessin de Garbalion sur la table.

Il y eu un lourd silence où les deux filles le regardaient tendis que lui se précipita pour mieux voir son propre dessin. Il se retourna finalement vers Dante.

-Noctelion ! C’est lui t’as… Mais…

Il reposa son regard vers le dessin et posa sa main dessus.

-J’avais… Oublié, les Sept Arches… C’est impossible !!!

 

 

 

 

[Auteur=Manael] Fin du chapitre 17 !! Un chapitre lourd en révélation sur l’Histoire de Zeidaran ! Bien qu’il reste temps à dire ! Et oui c’est un monde très ancien. Figurez vous que je n’ai rien mis dans ce chapitre de tous ca que je voulais y mettre à l’origine ! Je réserve tous ça pour le chapitre 18 !

[Maya] Il est très intéressant ce chapitre je trouve !

[Dante] J’ai trop parlé, j’ai mal à la langue -_-‘

[Lloyd] Ah ah j’ai bien failli ne pas y être du coup ! Mais j’y suis !!

[Maoru] Salutations !

[Lloyd] Oh ! Tu es là Maoru ?! Comment est-ce possible !

[Dante] (Oh une morte !)

[Maya] o.o

[Maoru] Et bien mon ignorance est complète à ce sujet, mais qu’importe faisons fi de cela, qu’elle bonheur de vous revoir mes amis ! Mais qui sont cette jeune fille et cet homme portant un ouvrage.

[Lloyd] Elle c’est Maya mon apprenti.

[Manael] Et moi c’est Manael, ton créateur ! Et il est temps pour toi de repartir d’où tu viens !

[Maoru] Comment, déjà ?

[Maya] Je crois que L’auteur n’ai plus suffisamment inspiré et qu’il patauge dans ce bonus de fin de chapitre !

[Lloyd] En plus il s’est trouvé un nom !

[Dante] Manael ? Qu’elle drôle d’idée !

[Manael] (Et zut comment je vais arrêter ce bonus il me faut une chute, n’importe quoi !)

[Maoru] Il y avait un Manael à ma cours à Nallana…

[Manael] (Psst Dante… aide moi !)

[Dante] J’aime bien te voir embêté !

[Manael] Aller et je t’offre ce dont tu as le plus envie !

[Dante] Oh tu veux dire que…

[Manael] Aller dépêche-toi !

[Dante] Eh ! Maya, Maoru ! Et si on allé prendre un bain toutes les trois ? Déshabillez-vous tous de suite ça ira plus vite !

[Maya & Maoru] Qu… Quoi ?!!

[Les Agents Immortels de la Censure] Nous déclarons la fin de ses Bonus indécents !!

[Manael] Yatta !

[Les Agents Immortels de la Censure] Monsieur Manael ? Vous allez nous suivre au poste. Nous avons quelques questions à vous poser !

[Manael] Hein ? Quoi Mais non lâchez-moi ! Noooon !

 

 

Zeidaran dante 17

 

PICT0672

(77 777ème mot ^^)

Une réflexion sur “Zeidaran Chapitre 17 !

  1. Juste pour dire que je l’ai lu(je sait plus quoi mettre comme commentaire). J’aime toujours pas quand sa se termine alors ben vivement la suite(je sait je me répète mais bon on sait jamais si sa peut faire avance plus vite ^^).

Répondre à Alexis Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s